Marianne Vos s’appuie sur sa légende dans le Tour de France féminin | Des sports

241 victoires. Uniquement en cyclisme sur route. Marianne Vos (Bolduche, Pays-Bas ; 35 ans), légende du cyclisme féminin, dont le cyclo-cross, où elle a collectionné huit championnats du monde, a remporté la deuxième étape du Tour de France féminin ce lundi à Provins. Reconnue comme l’une des meilleures cyclistes de tous les temps – dont trois Giros d’Italia, trois maillots arc-en-ciel et une médaille d’or olympique – Vos est également la nouvelle leader du Tour de France après avoir remporté l’ascension finale devant ses cinq compagnes, dont plusieurs avec le poids en général.

Surprise sur le podium car elle a réussi à s’échapper du peloton et à franchir la ligne d’arrivée avec seulement cinq concurrentes, la Néerlandaise, deuxième de l’étape d’ouverture à Paris, est repartie ce lundi en grande favorite : « C’est incroyable de gagner ici, L’équipe a fait un travail parfait hier et je voulais dire merci d’une manière ou d’une autre.

le cannibale, comme les fans l’ont surnommée pendant des années – tout comme Eddy Merckx – a traversé une journée étrange : calme, voire terne, pendant les trois quarts de la journée ; anarchique et chaotique dans le sprint final.

Déjà sans soleil parisien, mais avec de fortes rafales de vent, le peloton a roulé vite dès le départ à Meaux par crainte d’éventuels supporters. La deuxième étape du tour, 136 kilomètres sous un ciel nuageux mais non exempt de la chaleur aggravée par l’humidité, a laissé la capitale derrière elle pour se rapprocher progressivement du flanc Est de la France. Là où un feu d’artifice est attendu le week-end avant de couronner la Super Planche des Belles Filles, ce lundi une étape était regardée avec méfiance où les charmes brillaient par leur absence.

Il semblait que les coupes redoutées ne seraient que cela, dans une simple peur de finir la course proprement, mais avec 25 km à faire, tout a explosé. Là, avec des vents de travers et un calme tendu, un bégaiement a envoyé plusieurs coureurs du peloton au sol. Derrière eux, l’Italienne Marta Cavalli, l’une des favorites du général, a freiné prudemment et posé le pied sur le tarmac pour éviter la Montonera. Nicole Frain, la Championne d’Australie, n’en a pas fait autant, qui, concentrée à rattraper le groupe, les yeux fixés sur le sol, n’avait pas remarqué l’incident et Il a mis Cavalli en tête dans un accident très violent. Manque de chance pour le Lombard, qui a pu reprendre la course, non sans gestes de douleur importants et un sac de temps perdu.

Quelques secondes plus tard, une autre chute a surpris le corps de Mavi García, qui, avec la chance qu’elle décrit elle-même comme nécessaire pour ce type d’étape, a sauté par terre, dangereuse comme peu d’autres.

Chaos absolu.

A l’avant, six coureuses de poids au classement général (Marianne Vos, Maike Van der Duin, Elisa Longo Borghini, Elisa Balsamo, Katarzyna Niewiadoma et Silvia Persico) ont profité des rafales de vent de travers et ont utilisé le peloton pour gagner des secondes cartel qu’elles a changé la direction de la course des motos portées. Le groupe a nerveusement serré les dents pour combler l’écart et le plus grand perdant a été l’équipe FDJ, qui après avoir perdu Cavalli, laissé pour compte après l’écrasement de Frain, a vu la Danoise Cecilie Uttrup Ludwig, leur autre grand atout, le groupe principal a été coupé. la piste par les fans.

A l’approche de la ligne d’arrivée, tous les regards étaient braqués sur Marianne Vos, aussi perspicace et expérimentée que peu. La fin, idyllique pour ses jambes, l’invitait à contempler ce qui semblait inévitable. C’était comme ça. Grand triomphe encore une fois pour l’insatiable Néerlandaise et le maillot jaune du Tour de France. Un autre exploit pour un coureur d’une autre époque.

Le coureur jumbo, deuxième et premier des deux étapes disputées jusqu’à présent, est le leader du classement avec dix secondes d’avance sur Persico, 12 sur Niewiadoma et 18 sur Longo Borghini, tous échappés à Provins. Mavi García de Majorque, la meilleure Espagnole du classement général, est 12e, à 45 secondes de Vos. Troisième étape ce mardi : 134 kilomètres entre Reims et Épernay.

Vous pouvez suivre EL PAÍS Sports dans Facebook Oui Twitterou inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Benoîte Favager

"Organisateur. Introverti. Fanatique d'internet certifié. Accro à la bière. Fan d'alcool d'une humilité exaspérante."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.