Nairo Quintana veut le podium au Tour de France mais accepte qu’il ne sait pas comment

Nairo Quintana s’est adressé aux médias lors de la deuxième journée de repos du Tour de France. et dans une interview avec l’agence de presse EFE, il a honnêtement commenté plusieurs sujets intéressants.

Le Colombien, qui a déclaré au cours du week-end qu’il ne voulait pas être bruyant ou se vanter de ce qu’il peut faire dans les semaines de course restantes, Il a insisté sur ce message qu’il faut y aller au jour le jour et chercher toutes les occasions de s’améliorer au classement.

De même, Quintana pensait que Tadej Pogacar pouvait être battu, bien qu’il ne sache pas s’il était l’homme capable de battre le grand favori pour le titre. Le Colombien a également assuré que même s’il reconnaît que ce n’est pas facile pour lui et que ses rivaux sont très forts, il a toujours hâte de terminer le Tour sur le podium. (En relation: L’équipe Nairo Quintana n’a presque pas remporté d’argent au Tour de France; voici comment se déroulent les récompenses)

Entre autres, Nairo a indiqué qu’il se sentait à l’aise dans l’équipe d’Arkea et qu’il n’avait aucune mauvaise idée de continuer là-bas. Voici l’intégralité de l’interview réalisée par EFE avec le Boyacense :

Question : Est-ce qu’il a l’air bien ?

Réponse : Depuis la fin de l’année dernière, je prends soin de ma santé et cela me permet de bien travailler. Les résultats peuvent être vus.

Q : Vient maintenant votre domaine, comment le gérez-vous ?

A : Je vais très bien, je me sens en forme. Mais les concurrents sont bons aussi. Nous irons au jour le jour et verrons comment le corps continue de réagir. Je suis serein, je pense qu’on va faire une bonne deuxième semaine et bien finir la troisième.

lire aussi

Q : Qu’est-ce qui a changé à Nairo par rapport aux dernières années ?

R : En 2020, nous avons été confinés avec la pandémie pendant longtemps. Au redémarrage, il était difficile de trouver le rythme des coureurs qui n’avaient pratiquement aucune restriction. Nous avions de nombreuses limites. En 2020, j’ai eu des chutes et une opération au genou à la fin du Tour. Je suis revenu sans récupérer, donc je n’ai pas participé au tour général.

Q : Avez-vous l’impression que les favoris vous respectent à nouveau ?

R : Nairo n’a jamais été négligé. Chaque année, je gagne quelque chose et cela signifie que nous sommes toujours dans le coup, parfois mieux et parfois beaucoup mieux. Pour le moment, nous sommes au sommet avec la plupart des favoris.

Q : L’objectif est-il toujours le podium ?

A: Je m’efforce d’atteindre le podium, je ne sais pas comment je vais le faire, mais c’est l’intention de départ, nous devons travailler dur pour l’atteindre.

Q : Il a l’air plus confiant et souriant.

A: C’est peut-être les années. Mais la tension est à l’intérieur, il y a beaucoup d’engagements, beaucoup de gens dépendent de mes résultats. Une centaine de personnes sont assises sur ces dos, travaillant et croisant les doigts pour que tout se passe bien, en mangeant. Ensuite, les fans qui vous suivent.

Q : Est-ce votre meilleure tournée ?

A: J’ai eu de bonnes tournées. En 2013 j’avais d’autres ambitions et j’ai très bien fini (deuxième). Aussi en 2015 (deuxième). En 2016 j’ai eu des problèmes d’allergies (tiers). En 2017, je suis sorti du Giro très fatigué et je n’ai pas bien fait dans l’ensemble. En 2018 et 2019, il y avait une combinaison de leaders dans l’équipe (Movistar) qui ne nous permettait pas de nous définir. J’ai fait des chutes aussi. Ce n’étaient pas mes meilleures années. Mais c’est vrai que c’était une belle tournée pour moi.

Q : Cela a-t-il pris du temps ?

A : Vous arrivez toujours trop vert. Si j’avais eu l’expérience que j’ai aujourd’hui il y a dix ans, j’aurais gagné deux fois plus de courses. On ne l’apprend qu’au fil des ans et avec difficulté. On apprend beaucoup après une crise. Je vis une bonne phase. De nos jours, il est très difficile de gagner et les gens n’apprécient plus autant. J’ai déjà beaucoup gagné, maintenant je continue à travailler sans relâche comme toujours, mais je veux aussi m’amuser. Il y a des moments où vous oubliez de profiter.

Q : Que diriez-vous aux jeunes d’aujourd’hui ?

A : Vous vivez une période très difficile. Pour moi, la référence était Valverde ou Contador, qui ont commencé à gagner à 25 ou 27 ans. Maintenant la barre est plus haute, les jeunes veulent gagner le Tour à 20 ans parce que c’est ce qu’a fait Pogacar. On avait une projection différente, ils nous ont calmés, ils nous ont donné le temps de grandir, d’apprendre. Ceux d’aujourd’hui doivent venir instruits ou manquer de matériel. Beaucoup cessent immédiatement de se considérer comme des champions, ce qui conduit à la dépression.

Q : Pouvez-vous battre Pogacar ?

R : Je pense que oui. Je ne sais pas si je fais ça, mais il y a des équipes avec des hommes très forts. Jouer des stratégies folles, déstabiliser la course peut vous attirer des ennuis.

Q : Es-tu plus fort que l’an dernier ?

A: L’année dernière, il lui a fallu deux minutes dans une attaque. Cette année, il a progressivement pris son temps. Je le vois plus comme un coureur, plus fin, je pense qu’il est plus fort cette année.

Q : Pour le battre, doivent-ils tous faire équipe contre Pogacar ?

R : Je ne pense pas qu’il existe une telle stratégie. Vous pouvez sortir et si vous êtes à l’intérieur, vous dessinez. Sinon, au vélo.

Q : Pouvez-vous garantir que Nairo attaquera ?

R : Je ne garantis rien. Si j’ai les jambes je le ferai, même s’il ne s’agit pas de battre Pogacar, ce qui est très compliqué. Mais pour gravir une place au général.

Q : Vous semblez à l’aise avec Arkea, aimeriez-vous continuer ?

R : Ça fait trois ans que je suis ici, dans une équipe qui m’aime, je suis content d’eux. Nous avons construit et consolidé les fondations d’une grande équipe qui continue de croître. Je ne sais toujours pas ce qui va se passer mais l’idée est de passer à autre chose. Je voudrais.

Q : Movistar ne vous manque-t-il pas ?

Sur un.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *