nouvelle polémique en France après le 14e Roland Garros

Ce sera à cause de son succès à faire des bulles sur le sable de Paris, parce que c’est le pays voisin ou parce que seul un Français a gagné à Roland Garros ces 75 dernières années -et il y a 39 ans, avec Yannick Noah en 1983- mais force est de constater que malgré la nouveauté des applaudissements du respectable dans le Philippe-Chatrier, La France a toujours eu Rafa Nadal entre les sourcils et les sourcils.

Après sa 14e Coupe des Mousquetaires dans la capitale française confirmer sa couronne de Roi de Roland Garrosle français Thibaut Pinot Il a répondu à un tweet montrant sa « surprise » avec les injections car elles ne sont pas autorisées dans le cyclisme. « Les héros d’aujourd’hui… »répond en citant un extrait d’une interview de Rafa Nadal dans laquelle on lui demande combien de fois il s’est blessé pendant le championnat et à laquelle le 22 fois vainqueur du Grand Chelem évite de répondre : « C’est mieux que tu ne saches pas ».

De plus, la presse française est revenue sur des doutes clairs sur les infiltrations dont Nadal a fait l’objet. « étouffer » la douleur constante dans sa cheville gauche. Compte tenu du Syndrome de Müller-Weiss.

A été ‘L’Equipe’un journal qui a publié il y a deux semaines une couverture provocante qui disait « France 2 – Espagne 0 » après le renouvellement de Kylian Mbappé et la victoire de Lyon en finale de la Ligue des champions féminine contre le Barça (le Real Madrid et Nadal ont depuis remporté leur 14e à Paris) et a consulté un médecin au sujet du traitement de Rafa.

Le texte montre une certaine méfiance à l’égard des injections qu’ils ont présenté à l’Espagnol pour apaiser sa douleur.

« Les piqûres de Rafael Nadal elles soulèvent des doutes, mais elles sont permises. Au tennis, l’injection de stupéfiants est autorisée », précise le texte.

Contexte

Après l’absence de Jeux olympiques de Londres 2012 En raison d’une tendinite après avoir remporté sa septième Coupe des Mousquetaires, les attaques contre Manacorí ont débordé.

Il y eut d’abord les fameux Poupées de ‘Canal+ France’qui a présenté un Rafa hyper musclé toujours avec une seringueen allusion claire à l’allégation de dopage contre le joueur de tennis espagnol.

Ces images étaient accompagnées, toujours sur un ton satirique, des déclarations dures de l’époque La ministre française des Sports du gouvernement Sarkozy, Roselyn Bachelot.

« Nous connaissons plus ou moins la fameuse blessure de Rafael Nadal qui l’a éloigné de la compétition pendant sept mois. était certainement dû à un contrôle positifa déclaré l’ancien ministre, qui a ensuite été condamné à payer 10 000 € après avoir été dénoncé par le gouvernement espagnol et le Comité olympique espagnol diffamation.

Nadal a répondu sur et en dehors de la piste : La même année, il remporte son huitième Roland Garros (à côté de l’Open d’Australie) et a pris ses distances avec les allégations. « Je suis très loin de ça. J’ai toujours travaillé très dur et quand j’ai été blessé Je n’ai jamais rien pris d’interdit pour récupérer‘ a-t-il souligné à ce propos.

2014, 2017, 2018, 2019, 2020… Rafa avait déjà ajouté 13 titres sur la terre battue parisienne, il avait transformé les coups de sifflet douloureux en ovation sincère… mais les hauts fonctionnaires français sont revenus à l’attaque.

en avril 2021, Jean-Pierre Verdyancien directeur de l’Agence française de lutte contre le dopage, y a fait allusion Les défaites de Manacorí avaient coïncidé avec des contrôles anti-pod dans lequel il était très « hostile ». « Le contrôler était un crime »« Perdu le lendemain d’un contrôle », est venu dire Verdy.

Au final, après des accusations, des sifflets et des critiques sans fin, La seule réalité est le palmarès de Rafa Nadal : Il a ajouté son quatorzième titre à Roland Garros… et il veut le quinzième pour ne pas renoncer à son règne sur la terre battue française.

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.