Pacte de stabilité : la France prend l’initiative de réformer les règles budgétaires | Entreprise

Le 31 décembre, la Commission européenne a fermé la boîte aux lettres des propositions et propositions de révision du pacte de stabilité et de croissance et de ses règles « stupides », comme les décrivait il y a près de deux décennies son président de l’époque, Romano Prodi. Le lendemain, coïncidant avec la nouvelle année, la France a pris la présidence de l’UE avec l’intention de faire avancer ce processus. « Nous devons revenir à des règles budgétaires communes, mais nous ne pouvons pas faire comme si de rien n’était », a proclamé le président français Emmanuel Macron en exposant ses priorités pour le semestre où il est président. Un allié puissant a été recherché pour cela : le Premier ministre italien Mario Draghi, avec le prestige qu’il possède car il est considéré par beaucoup comme le sauveur de l’euro dans la crise financière.

Tous deux ont signé une lettre dans le journal britannique temps financiers avec un Référence à l’une des nombreuses propositions académiques récemment présenté, signé entre autres par Francesco Giavazzi, économiste de renom et conseiller du Premier ministre italien. Elle préconise de fixer un objectif de ratio dette/PIB à moyen terme (maintenant à 60%), mais pas le même pour tous, mais adapté à la situation de chaque pays. L’objectif serait d’évoluer de manière crédible vers le désendettement. L’autre versant de cette proposition vise à faciliter l’investissement public et suggère qu’il peut être réalisé s’il améliore l’économie à l’avenir, mais avec des mécanismes de contrôle et des jalons de conformité sur le modèle du fonds de relance.

Ni Draghi ni Macron n’ont été aussi précis dans leur article. Les hauts fonctionnaires du gouvernement français non plus, lorsqu’ils présentent devant le micro leurs objectifs pour les mois à venir. Cependant, ils plaident pour que les nouvelles réglementations ne soient pas les mêmes pour tous, en échange du rétablissement des niveaux d’endettement des États membres, qui dans certains cas (France, Grèce, Italie, Espagne, Portugal…) sont très élevés et dégradés, avec Passifs supérieurs à 115 % de la dette par rapport au PIB. Ils prétendent également ouvrir la main aux investissements publics.

Cependant, le gouvernement Macron sait que tous les pays n’abordent pas ce débat avec leur opinion. Ainsi, des sources exécutives françaises ajoutent que leur méthodologie passera par « le dialogue et le respect ». Et encore une chose : en tant qu’arbitres du débat présidentiel, ils s’engagent à ne pas imposer de lignes rouges. Il reste à voir si l’élection présidentielle d’avril va à l’encontre de tous ces objectifs.

Les pays qui pourraient en principe se trouver à l’autre bout du tableau semblent également s’éloigner des positions maximales. Hollande, le leader des frugaux, vient d’installer un gouvernement qui a un programme qui met de côté les mesures d’austérité sur les comptes publics et fait de gros investissements pour encourager les transitions vertes et numériques.

Mais un joueur important devrait montrer ses cartes : l’Allemagne. Le ministre des Finances de la coalition des feux tricolores, le libéral Christian Lindner, était l’un des faucons fiscaux de la politique allemande avant son arrivée au gouvernement, mais l’accord avec le SPD et les Verts prévoit également de gros investissements. Et lui-même a fait preuve de souplesse en pointant comme intéressante une autre proposition technique publiée de réforme du pacte de stabilité, signée par plusieurs économistes du Mécanisme européen de stabilité (organisations présidées par Klaus Regling et proches des libéraux), qui appelle à une augmentation propose de limiter la dette à 100% du PIB.

En tout cas, la prochaine étape formelle appartient désormais à la Commission européenne qui, après avoir recueilli les propositions pour le débat rouvert en octobre, doit maintenant énoncer sa position en quelques mots. Il y a deux mois, le commissaire à l’Economie Paolo Gentiloni et le vice-président Valdis Dpmbrovskis semblaient fredonner le même air : « Il y aura des coûts sociaux et économiques élevés si les ajustements sont faits à la hâte », prévenaient-ils.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.