Pourquoi la France condamnée à une amende de plusieurs millions de dollars contre Google et Facebook

L’autorité française de protection des données a imposé jeudi des amendes aux entreprises Google Oui Facebook avec 150 ou 60 millions d’euros à cause du « Biscuits‘, les traceurs informatiques qu’ils utilisent à des fins publicitaires.

Les 150 millions d’euros (environ 165 millions de dollars) ont été ajoutés Google représentent l’amende la plus élevée à ce jour France pour cette société, qui avait déjà été condamnée à une amende supplémentaire de 100 millions d’euros (environ 113 millions de dollars) en décembre 2020 pour les mêmes raisons.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) « a constaté que les sites facebook.com, google.fr et youtube.com n’autorisent pas » le « rejet ».Biscuits« Tout aussi simple » que si l’utilisateur décide de les accepter, indique le communiqué.

Facebook Oui Google (Les propriétaires de YouTube) ont trois mois pour corriger ce déséquilibre préjudiciable à l’utilisateur et devront payer 100 000 euros supplémentaires (environ 113 000 dollars) pour chaque jour de retard, a ajouté la commission française.

Google assuré qu’il changerait de politique après cette nouvelle amende, dans un communiqué transmis à la AFP.

« Nous nous engageons à appliquer les nouvelles évolutions et à collaborer activement avec la CNIL en réponse à leur décision au titre de la directive [europea] ePrivacy », a déclaré le géant américain.

« plusieurs clics »

Ce « Biscuits » ou cookies informatiques sont de petits fichiers qui reconnaissent les sites internet visités par les internautes, qui font alors l’objet de messages publicitaires soi-disant personnalisés.

Ce traçage est régulièrement dénoncé par les organisations de protection des consommateurs et les internautes.

En 2018, l’Union européenne a adopté un règlement sur les données personnelles avec des règles plus strictes. Lors de l’ouverture d’une page Web, les utilisateurs sont invités à cesser d’utiliser « Biscuits‘ de modifier partiellement cet usage ou tout simplement de ne pas l’accepter.

Mais le rejet total du traçage informatique est difficile, fustige la CNIL. « Les sites facebook.com, google.fr et youtube.com proposent un bouton qui permet d’accepter les ‘cookies’ immédiatement », alors que « plusieurs clics sont nécessaires » pour les refuser totalement », explique le communiqué.

L’instance française avait donné aux éditeurs de sites internet jusqu’en avril 2021 pour s’adapter à la réglementation européenne. Le journal de juillet Le Figaro a été le premier à ressentir les conséquences de ce durcissement avec une amende de 50 000 euros (environ 55 000 dollars). « Biscuits » utilisés par les partenaires commerciaux du site Internet du journal.

La Commission a récemment averti que depuis avril, elle avait envoyé des alertes à 90 sites Web leur demandant de changer leurs appareils.

Amazon a également été condamné à une amende de 35 millions d’euros (environ 39 millions de dollars) en 2020 pour les mêmes raisons.

Avec des informations de l’AFP

Nous recommandons METADATA, le podcast technologique de RPP. Actualités, analyses, critiques, recommandations et tout ce que vous devez savoir sur le monde technologique. Pour mieux l’entendre, #StayHome.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.