Qui est Elisabeth Borne, la deuxième femme de l’histoire de France à devenir Premier ministre ?

Emmanuel Macron réorganise son gouvernement : il décrit la passation de pouvoir entre Jean Castex et Elisabeth Borne à la tête des ministres

Ce qui était une forte rumeur depuis quelques heures s’est confirmé ce lundi. Le président de la République, Emmanuel Macron, accepte la démission de Jean Castex puis nomme Elisabeth Borne Premier ministre. Qui était chef de l’écologie et puis travail elle est la deuxième femme de l’histoire de France à être catapultée à ce poste trente ans après Edith Cresson. Avec cette décision, il sera désormais chargé de former un nouveau gouvernement.

« Je suis vraiment émue ce soir, j’ai une pensée pour la première femme à occuper ces postes : Edith Cresson. Je dédie cette citation à toutes les filles pour leur dire : ‘Suivez vos rêves’ et que rien ne doit faire obstacle à la lutte pour la place des femmes dans notre société.furent les premiers mots d’Elisabeth Borne.

Le nom de Borne fait l’objet de spéculations depuis la victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle, son CV cochant plusieurs cases. Agé de 61 ans et diplômé de l’Ecole polytechnique, riche d’une solide formation politique française, il a été préfet de la région Poitou-Charentes de 2013 à 2014 et l’année suivante chef de cabinet de Ségolène Royal au ministère de l’Environnement sous François Hollande. . Elle a ensuite été ministre des Transports, de la Transition verte et du Travail dans les gouvernements d’Edouard Philippe et de Jean Castex entre 2017 et 2022.

En effet, le chef de l’Etat recherchait un profil « connecté à la question sociale, à la question environnementale et à la question productive ».pointé vers des sources de l’Elysée. Il voulait aussi confier les affaires de l’État à une femme, trente ans après Edith Cresson, qui était jusque-là la seule femme en France.

« Je suis une femme de gauche. La justice sociale et l’égalité des chances sont les batailles de ma vie » assurait Elisabeth Borne en février BFMTV . Au gouvernement, il rejoint le parti Territoires de Progrès en 2020 macronistes de gauche.

Le chef de l'Etat vise un profil
Le chef de l’Etat vise un profil « lié à la question sociale, à la question environnementale et à la question productive », ont souligné des sources de l’Elysée, pour justifier le choix de Borne

Borne a été très présent dans les médias pour défendre les actions du gouvernement, notamment les mesures pour éviter les licenciements pendant la crise sanitaire et pour encourager le télétravail.

En mars 2021, il a passé plusieurs jours à l’hôpital après avoir contracté le coronavirus. L’officier a reconnu qu’il s’agissait d’une expérience « stressante » et qu’ils « devaient recevoir de l’oxygène de temps à autre ».

Très discrète sur sa vie personnelle, elle a perdu son père « très jeune » et sa mère n’avait « pas de vrais revenus ». Borne a avoué avoir trouvé « quelque chose d’assez réconfortant, d’assez sain d’esprit » en mathématiques.

Issus des cercles de l’opposition, ils s’interrogent sur sa politique en tant que producteur de « dégâts sociaux ». Pour le leader de l’extrême droite Marine LePen, battu en dernier lieu par Emmanuel Macron au second tour, le président « poursuit sa politique de destruction sociale » avec cette élection, a-t-il réfléchi. Pour le candidat communiste à la présidentielle Fabien Roussel « Macron a retrouvé sa femme Thatcher en Elisabeth Borne. » Pour beaucoup d’autres, un technocrate qui n’imprimera pas de changements dans le style de gouvernement critiqué pour la direction qui tourne le dos aux secteurs les plus délaissés.

Enfin, en tant que seule femme à son poste, elle a fait quelques brèves remarques sur le défi auquel est confronté le nouveau Premier ministre. « Ce n’est pas le pays qui est sexiste, c’est sa classe politique », a déclaré Edith Cresson, la première femme à diriger le gouvernement, dans une interview à un journal français. « Je ne te donnerai aucun conseil. Je vous dis juste qu’il faut beaucoup de courage. »

Continuer la lecture:

Emmanuel Macron a fêté sa réélection : « Je ne suis plus le candidat d’un groupe, mais le président de tous »
Emmanuel Macron, fervent réformateur des temps agités, brigue son second mandat
Marine Le Pen a accepté la défaite face à Emmanuel Macron : « Je n’ai ni rancune ni ressentiment »
« Troisième tour » en France : la victoire électorale d’Emmanuel Macron a ouvert la bataille pour les législatives

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.