Rafael Correa se plaint d’une lettre de l’ambassade d’Equateur empêchant son discours d’ouverture en France et la qualifie de « menaces » | Politique | nouvelles

L’ancien président équatorien Rafael Correa l’a confirmé via son compte Twitter l’Ambassade d’Equateur en France a déposé une lettre de réclamation pour l’entretien L’énigme du développement : une vision latino-américaine, que Correa enseignerait à l’Université de Paris aujourd’hui, 7 juilletégalement connu sous le nom de Sorbonne.

Selon Ricardo Noboa, un avocat, l’ambassadeur Óscar Orrantia a déclaré dans le document envoyé à l’université que Correa était un fugitif de la justice et qu’il attaquait la démocratie en Équateur. Sur la base de l’allégation faite, la Sorbonne n’aurait accordé l’accès qu’aux personnes invitées à la conférence et non au public, a déclaré Noboa.

« Ils n’ont pas honte de dire tant de bêtises. En tout cas, la lettre de l’ambassadeur est correcte, mais à l’université, plus des dizaines de menaces. Pour ce qu’il leur reste ! On se moque de vous ici. Ils n’ont jamais rien vu de tel« , a écrit l’ancien président sur Twitter.

« C’est le putschiste », « l’assassin ignorant ». La confrontation entre le Correísmo et le gouvernement n’a pas cessé depuis la possession de Lasso

Des comptes liés au correismo ont assuré que la conférence aura lieu et qu’il y a eu une « inscription préalable » et que des « centaines » sont restées sans pouvoir y assister. La conférence est organisée par l’Institut d’études supérieures d’Amérique latine, qui fait partie de La Soborna.

Pamela Aguirre, membre de l’assemblée du parti Union Correísta pour l’espoir, a critiqué Orrantia pour avoir envoyé la lettre : « L’ambassadeur devra répondre au pays de ses actes. Si avec cette impulsion ils faisaient la promotion du tourisme, cherchaient des marchés pour nos produits, organisaient des tournées d’affaires, l’histoire serait différente. Ses allégations ne servent qu’à nous ridiculiser à l’échelle internationale.

Ni le ministère des Affaires étrangères ni l’ambassade d’Equateur en France ne se sont prononcés sur l’affaire. Cependant, le gouvernement équatorien a accusé Correa d’être un « chef du coup d’État » parce qu’il a encouragé son bloc législatif à évincer le président Guillermo Lasso lors de la récente grève appelée par la Confédération des nationalités indigènes (Conaie). Pendant ce temps, Correa a qualifié Lasso de « tueur ignorant ».

En effet, le 26 juin, le ministre des Affaires étrangères de la République, Juan Carlos Holguín, a assuré qu’il déposerait une plainte officielle auprès du gouvernement belge, le pays où vit Correa, pour avoir permis à un « fugitif de la justice » de tenter de « déstabiliser la démocratie ». en Équateur ». (yo)

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *