Résumé de l’actualité mondiale du 15 juillet

Gabriel Boric et le référendum : « Si le ‘rejet’ l’emporte, un nouveau processus constitutionnel doit être mené »

Gabriel Boric, président du Chili. (Photo : PATRICK T. FALLON/AFP via Getty Images)

Le président chilien Gabriel Boric a déclaré ce vendredi que s’il remporte l’option « rejet » lors du référendum du 4 septembre qui décidera de l’avenir du projet de nouvelle constitution, il faudra « poursuivre ce processus prolongé d’un an et demi, où tout est à rediscuter ».

« Nous révisons constamment le projet de constitution. Il est légitime de soutenir les deux options, « approuver » ou « rejeter ». Ce que nous devons nous demander, c’est ce qui se passera le lendemain », a déclaré le président dans une interview à l’émission télévisée Contigo en la Mañana.

« Le Chili a clairement voté lors d’un référendum qu’il voulait une nouvelle constitution, mais il ne s’est pas contenté de voter pour. Il a voté qu’il veut qu’une nouvelle constitution soit rédigée par un corps spécialement élu à cet effet. Donc, si l’alternative « rejet » l’emporte, nous devons allonger ce processus. Il doit y avoir un nouveau processus constitutif », a souligné le président.

Les protestations massives que le Chili a connues de fin 2019 à début 2020 ont conduit à la mise en œuvre de plusieurs réformes sociales et à un accord pour rechercher une nouvelle constitution.

Les citoyens ont voté lors d’un référendum en octobre 2020 pour convoquer une Assemblée constituante, qui a été élue les 15 et 16 mai 2021 et convoquée le 7 juillet de la même année.

Les électeurs ont présenté à Boric le texte de leur proposition de Magna Carta le 4 juillet.

Le projet de constitution définit le Chili comme « un État de droit social et démocratique. Plurinational, interculturel, régional et écologique » et comprend, entre autres, la participation des entités territoriales et des peuples et nations autochtones.

Il était auparavant entendu que la constitution actuelle, rédigée sous la dictature militaire d’Augusto Pinochet, serait maintenue si l’option « rejeter » l’emportait, mais Boric a réitéré ce vendredi qu’un nouvel appel à des élections devrait être lancé par les conventionnels qui révisent une nouvelle proposition.

« C’est la voie que le Chili a décidé de suivre lorsqu’il a voté lors d’un référendum le 25 octobre pour qu’une nouvelle constitution soit rédigée par un organe élu à 100% à cette fin », a déclaré Boric.

Se référant au projet de constitution, qui sera soumis à l’examen des électeurs en septembre, Boric a admis qu’« il y a sans aucun doute des choses à améliorer. Je ne préconise pas », mais a ajouté, « ce que j’invite tout le monde à demander et à répondre de bonne foi, c’est d’examiner quel scénario de changement est le plus viable ».

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.