Réunion de planification du gouvernement : Détails de la réunion – Gouvernement – Politique

Le président Gustavo Petro est arrivé vers 17 heures à l’Hacienda présidentielle Hato Grande de Sopó, Cundinamarca, pour la réunion du gouvernement national visant à Progrès sur la soi-disant planification stratégique pour les quatre prochaines années.

(Dans le contexte : Lors d’une réunion importante, le gouvernement Petro affine la feuille de route pour ces 4 ans)

La vice-présidente Francia Márquez est arrivée très tôt et a présidé la majeure partie de la réunion.

Bien qu’il y ait eu des doutes quant à la participation de tous les ministres à cette réunion, car il était initialement proposé de discuter du plan de développement national et l’appel d’offres a ensuite été modifié, le rapport préliminaire montre que les chefs des différents départements étaient présents.

Il a également été dit que la ministre de la Culture Patricia Ariza ne pouvait pas y assister, et finalement elle l’a fait.

(Autres nouvelles : les voyages de Verónica Alcocer : peut-elle représenter la Colombie à l’étranger ?)

María Isabel Urrutia, ministre des Sports et ministre des Transports Guillermo Reyes.

De quoi parle-t-on en réunion ?

Il a été convenu que les ministres, chefs de services administratifs et conseillers du président peaufineraient la feuille de route de ce gouvernement lors de cette réunion.

La journée a commencé vers 11h sous haute sécurité et secret absolu.

L’un des premiers à s’exprimer ce matin a été Antoni Gutiérrez-Rubí, qui conseille le gouvernement sur les questions de communication, car il est apparu que l’idée est de s’assurer que les différents secteurs qui font partie de l’exécutif ont un message commun.

Le ministre des Finances José Antonio Ocampo

Le ministre des Finances José Antonio Ocampo.

Lors de la réunion, il est proposé que toutes les communications du gouvernement se concentrent sur la « paix totale ». « Nous laisserons la Colombie avec un héritage de véritable changement », lit-on dans l’une des projections partagées lors de la réunion. Ce qui précède a pour axes la justice sociale, la justice environnementale et la justice économique.

Le premier portait sur la lutte contre la pauvreté, l’éradication de la faim, l’éducation, la « santé sans barrières » et également d’autres questions territoriales telles que l’accès à la terre et à la production agricole.

Concernant la justice environnementale, il a été souligné qu’ils espèrent que l’un de leurs héritages en tant que gouvernement sera la transition énergétique, l’utilisation et la mise en œuvre d’énergies propres, la protection des forêts, la réduction de l’empreinte carbone et « l’eau en tant que droit humain ». .

En ce qui concerne le troisième, la justice économique, ils se sont concentrés sur la nécessité de créer des opportunités et des emplois décents comme l’antithèse de la réalisation de la justice. Il a de nouveau été fait mention de l’approche « économie nationale », selon laquelle les communautés ethniques et la paysannerie cherchent à atteindre la productivité et la cohésion régionale.

Enfin, au cœur de la paix absolue, ils ont mis l’accent sur la finalité de la sécurité humaine qui, selon le président Gustavo Petro, peut être atteinte en ajustant le fonctionnement des pouvoirs publics.

Il a également été mentionné qu’il doit y avoir convergence sociale régionale, mise en œuvre intégrale de l’accord de paix et contrôle économique du territoire.

POLITIQUE

Autre actualité politique

– Les membres du Congrès et le président vont-ils baisser leurs salaires ?

– Il y en a 44 sans diplôme : c’est le niveau d’étude au Congrès

Adrien Richard

"Amateur de café d'une humilité exaspérante. Spécialiste de l'alimentation. Faiseur de troubles passionné. Expert en alcool diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *