Ribera rappelle à la France que la question du gaz n’est pas « bilatérale » et concerne la sécurité énergétique de l’Europe

Il souligne que l’Espagne « est devenue un pays clé en ce moment critique pour l’Europe et sa situation énergétique ».

SAINT-SÉBASTIEN, 22 ANS (EUROPA PRESS)

La troisième vice-présidente du gouvernement et ministre de la transition écologique et du défi démographique, Teresa Ribera, a rappelé au gouvernement français que la question du gaz et de ses connexions n’est « pas une affaire purement bilatérale », notant qu' »à l’heure actuelle parler de la sécurité d’approvisionnement depuis l’Europe centrale et du Nord ». « Depuis la péninsule ibérique, le message est clair sur la manière d’aider à répondre aux besoins des autres », a-t-il souligné.

Ribera a fait ces déclarations lors de la visite qu’il a effectuée ce jeudi à la station de compression d’Euskadour à Irún (Guipúzcoa) en réponse aux questions des journalistes sur le rejet par le président français Emmanuel Macron du projet de gazoduc MidCat qui conduirait le gaz vers l’Europe centrale espagnole via la France.

Pour le ministre de la Transition écologique, il est « prématuré de tout considérer comme enterré ». « Il est évident que nous pensons qu’il est plus prudent de maximiser l’utilisation de l’infrastructure existante, mais il est également évident que les investissements dans de nouvelles infrastructures doivent être planifiés d’une manière respectueuse de l’environnement. et à long terme », a-t-il souligné.

Par conséquent, il a réitéré la volonté de l’exécutif espagnol que « tout ce qui doit être fait, y compris la construction d’un nouveau pipeline, doit être fait d’une manière compatible avec l’exploitation maximale de sa durée de vie utile, à laquelle il est préparé pour transporter de l’hydrogène ».

« Nous parlons d’infrastructures d’intérêt européen. Actuellement, la priorité dans le débat sur l’énergie et l’investissement en France est probablement un espace qui est le système électrique ou une localisation géographique à proximité immédiate de l’Allemagne », a-t-il déclaré.

Le vice-président a expliqué que les entretiens qu’ils ont eus avec l’exécutif français ont conduit le gouvernement Sánchez à montrer qu ‘«il est important qu’une étude soit menée sur la manière dont les infrastructures existantes peuvent être utilisées et dans lesquelles de nouvelles infrastructures il est judicieux de mettre dans un effort supplémentaire pour être opérationnel d’ici un an compte tenu de l’hiver 23-24.

Dès lors, elle a souligné qu' »il n’est pas encore exclu qu’il s’agisse d’une liaison supplémentaire à travers les Pyrénées catalanes ». Selon lui, « il faut considérer ce que représentera l’économie de l’hydrogène et la rentabilité ou le retour sur investissement des investissements dans l’hydrogène a radicalement changé dans ces scénarios de prix du gaz ».

Il a également défendu qu' »en ce moment critique pour l’Europe et sa situation énergétique, l’Espagne est devenue un pays clé, elle dispose d’une sécurité d’approvisionnement et d’un atout très important, tant en termes de capacité d’approvisionnement en gaz qu’en termes de regazéification ».

« Ce rôle est également crucial du point de vue du soutien au système européen, nous avons donc, c’est notre devoir, non seulement de contribuer au débat stratégique et réglementaire, comme nous le faisons, mais aussi du point de vue du soutien quelque chose d’aussi basique que le gaz », a-t-il assuré.

PARC ÉOLIEN

D’autre part, interrogée sur le soutien d’EH Bildu aux nouveaux projets de parcs éoliens au Pays basque, Teresa Ribera a déclaré que « c’est une bonne nouvelle que la société et les différents groupes politiques comprennent pourquoi l’utilisation des énergies renouvelables est importante ». des mesures de protection de l’environnement, avec une participation sociale, avec l’amélioration des conditions des communautés dans lesquelles ces institutions sont implantées ».

Selon lui, « il est quelque peu anormal que certaines communautés autonomes, particulièrement riches et industrialisées, aient un poids aussi faible dans la capacité de production d’électricité ».

QUARTIERS

Enfin, sur les mesures envisageables pour les collectivités de quartier avec chauffage central qui ne sont pas entrées dans la baisse de TVA annoncée, il a assuré que les équipes du département « voient quelles sont les solutions les plus adaptées, s’il vaut mieux travailler directement avec les propriétaires sur les redevances ou s’il existe d’autres alternatives.

« Dès que nous aurons une proposition concrète, nous l’annoncerons », a ajouté le ministre, tout en soulignant l’engagement à le faire, car « c’est un dossier important et nous devons répondre à cette inquiétude exprimée par les associations de copropriétaires l’hiver approche et ils risquent de subir une augmentation très notable de leurs factures ».

Zacharie Morel

"Fanatique invétéré des réseaux sociaux. Sujet à des crises d'apathie. Créateur. Penseur. Gourou du web dévoué. Passionné de culture pop. Résolveur de problèmes."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.