Roller Freestyle, le sport urbain qui gagne du terrain grâce à une sélection missionnaire

mardi 24 mai 2022 | 22h00.

Les sports urbains créent des tendances dans le monde entier et même le Comité international olympique lui-même a inclus des expositions et des compétitions dans son programme régulier. Dans ce cadre, le Roller Freestyle fait partie des nombreuses variantes qui tentent de trouver leur place dans l’agenda next-gen.

L’adrénaline se mêle aux acrobaties stylées dans les airs, le roller freestyle gagne du terrain dans le pays et Misiones occupe le devant de la scène grâce à un représentant de Posada, le seul de la région : Nahuel Chamorro.

A 17 ans, le jeune talent est un talent national. En tant que membre de l’équipe nationale d’Argentine, Nahuel se prépare déjà à participer au premier Sports on Wheels d’Amérique du Sud. Ce sera à San Juan entre le 4 et le 5 juin et les attentes sont élevées.

«Ce que j’ai choisi implique plus de figures dans les airs. Je suis quatrième au classement national de la spécialité dans la catégorie junior », a commencé Chamorro en dialogue avec El Territorio.

Les Missionnaires Unis 2020 concourent dans deux catégories : Street (ils glissent sur des rebords et des rampes) et Park (acrobaties dans le skate park). Bien que sa spécialité soit ce dernier.

« J’ai commencé le slalom ou le freestyle, en esquivant les quilles et en faisant différents mouvements avec mon pied quand j’avais neuf ans. Après l’inauguration du El Brete Skate Park, j’ai échangé mes patins contre de meilleurs patins et j’ai commencé à sauter jusqu’à ce que j’ose me jeter sur la plus grande rampe », a-t-il déclaré.

« Les expositions sont venues à Posadas en profitant des compétitions de BMX, puis je suis allé à Apóstoles, Leandro N. Alem, Chaco, Rosario ».

« En 2019, je me suis rendu à São Paulo pour m’entraîner au Centre d’action jeunesse (Cajuv) et après cela, j’ai commencé à concourir en février 2020. Ce mois-ci à Alta Gracia – Córdoba – j’étais troisième sur 25 participants de tout le pays dans la catégorie professionnelle de mon premier tournoi officiel, le II Contest Bladers », a-t-il poursuivi.

« En décembre de l’année dernière, je me suis rendu à Buenos Aires pour les qualifications nationales et j’ai terminé quatrième du classement argentin. Je suis allé à Tecnópolis pour représenter les missions, il y avait environ 50 personnes là-bas ».

« Il va y avoir un bol sans rampes dans ce sud-américain pour faire des figures aériennes… ça va me compliquer les choses, mais je continue d’attendre », a-t-il noté avec enthousiasme.

Chamorro est membre de la Fédération Misiones de Patinaje (Femipat) et reçoit une bourse du ministère provincial des Sports. Les dépenses sont également variées.

« La Confédération argentine paiera le voyage mais elle ne s’est pas encore engagée à ce que nous assistions tous les six à l’événement. Je vends donc des pizzas pré-listées depuis environ un mois maintenant. Je ne veux pas être juste avec l’argent », a noté Chamorro.

Pionnier du sport urbain dans la province, Nahuel sait que les prochaines luttes porteront sur l’établissement du patin à roulettes acrobatique.

« À court terme, j’aimerais avoir un centre de formation à Posadas. Sur le parcours de notre ville, il manque des choses et à Misiones, il y a très peu d’infrastructures. À Apóstoles, par exemple, les planches de skateboard sont vieilles et il est difficile de faire du scooter ; Alem, Eldorado et San Javier ont de petits parcs ».

« On peut faire du bien avec peu d’argent. La piste doit être pensée au mieux et repartir à zéro… Je veux le faire pour l’avenir des disciplines urbaines », prédit-il.

« À long terme, je veux voyager à Montpellier, en France, pour participer au Fise (Action Sports Festival-World Series), le tournoi le plus important au monde. Il y a beaucoup de disciplines concentrées, c’est comme les XGames. C’est fait chaque année, ça fait partie d’une série mondiale », a-t-il ajouté.

Chamorro a également eu une école spéciale sur la Costanera pendant trois mois.

« J’ai 14 élèves. Je fais la promotion du roller freestyle et il y a déjà quatre petits qui sautent déjà la rampe du parc », raconte-t-il fièrement.

L’école est ouverte à tous les âges avec des frais communautaires mensuels de trois mille pesos. Les horaires d’ouverture sont les suivants : mardi et jeudi de 14h30 à 16h30 (intermédiaire et débutant) ; Samedi et dimanche avec horaires à définir.

« Le cours dure une heure et demie. Au début, vous pouvez utiliser des moulinets ordinaires, lorsque vous commencez à grimper sur les rampes, vous pouvez déjà acheter des moulinets professionnels qui coûtent à partir de 70 000 pesos », a-t-il conclu.

Chamorro a un avenir. Le sport missionnaire a un avenir.

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.