Royaume-Uni : les vols vers le Rwanda pour expulser les migrants interrompus – Europe – International

La Cour européenne des droits de l’homme a ordonné ce mardi la détention de sept migrants irréguliers d’Angleterre vers le Rwanda dans le cadre du processus d’expulsion après des recours judiciaires de dernière minute. Un revers majeur pour le manager qui ne renonce pas à ses projets.

Le gouvernement britannique voulait expulser au moins 10 migrants illégaux vers le pays africain dans la première application d’une politique migratoire visant à empêcher les arrivées illégales à travers la Manche, qui sont en augmentation.

De quoi s’agit-il et quelle est la controverse entourant la mesure. AB C

(Lire aussi : Le Royaume-Uni refuse d’arrêter les expulsions de migrants vers le Rwanda)

Comment fonctionne la mesure ?

La ministre de l’Intérieur, Priti Patel, a annoncé à la mi-avril un accord avec le Rwanda, un pays africain situé à 4 000 miles de Londres, affirmant qu’elle souhaitait empêcher les dangereuses traversées maritimes illégales depuis les côtes françaises, qui sont en augmentation. Accueil des migrants et des demandeurs d’asile entrés illégalement au Royaume-Uni.

Londres estime que 28 526 personnes ont traversé la Manche pour entrer irrégulièrement au Royaume-Uni en 2021, contre 8 466 l’année précédente.

(Cela pourrait vous intéresser : le Rwanda défend l’expulsion des migrants convenue par le Royaume-Uni)

Il est important de rappeler que l’un des principaux arguments de la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, décidée en 2016 mais n’ayant pris effet qu’à partir de janvier 2021, était le contrôle de l’immigration.

En effet, le plan d’expulsion des immigrés illégaux vers le Rwanda est très prisé par une grande partie des électeurs conservateurs de Johnson qui, en proie à de multiples scandales, tentent de raviver sa popularité et de reconquérir des électeurs face à sa réélection en 2024. .

Le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Photo:

Tolga Akmen/EPA/Bloomberg

Pourquoi a-t-il été critiqué ?

Depuis son annonce en avril dernier, l’accord controversé a attiré les critiques des organisations de défense des droits de l’homme, des Nations unies et de l’opposition des deux pays, ainsi que du prince Charles (héritier de la couronne britannique) et des dirigeants religieux.

L’Église anglicane et les ONG de défense des réfugiés et des droits humains a condamné cette politique comme « illégale » et « immorale » et diverses associations ont intenté une action en justice pour empêcher cela.

Pour sa part, la principale figure de l’opposition rwandaise, Victoire Ingabire Umuhoza, a déclaré que l’accord d’envoi des demandeurs d’asile au Rwanda viole la Convention de Genève de 1951, dont le principe de base est le non-refoulement vers un pays où leur liberté pourrait être gravement menacé.

Les critiques soutiennent non seulement que la protection des droits humains n’est pas garantie au Rwanda – un pays qui, selon l’ONU, manque également des structures nécessaires pour traiter les demandes d’asile – mais soulignent également les coûts élevés que l’accord implique. pour le trésor du gouvernement britannique.

(Aussi : l’Écosse réactive la campagne pour l’indépendance du Royaume-Uni)

Quand le vol doit-il partir ?

Le premier vol attribué à la compagnie charter espagnole Privilege Style, selon l’une de ces associations, devait décoller mardi soir.

Selon l’ONG Care4Calais, plus de 130 migrants – des Syriens aux Afghans, en passant par les Albanais ou les Egyptiens – ont été informés de leur prochaine expulsion vers un pays à l’équilibre préoccupant en matière de droits de l’homme.

Certains d’entre eux ont déposé des recours individuels, soutenus par des associations et des avocats, qui ont également tenté de bloquer légalement le programme dans son ensemble.

migrants du Rwanda

Des manifestants contre la décision du tribunal britannique d’expulser des citoyens rwandais.

De vendredi à lundi, plusieurs juges britanniques ont écarté les arguments généraux qui donnaient le feu vert au plan gouvernemental mais ont accepté des cas particuliers, réduisant progressivement le nombre de passagers attendus pour le premier vol, qui s’élevait à seulement 7 mardi matin.

Patel a affirmé que malgré l’avion entier, estimé par la presse à 250 000 £ (300 000 $ US) d’argent public, il décollerait pour établir le « principe » de cette politique de « dissuasion ».

Comment le vol a-t-il été arrêté ?

Mais dans un tournant dramatique de dernière minute, l’un des 7 migrants d’Irak, a réussi à obtenir de la Cour européenne des droits de l’homme, basée à Strasbourg, qu’elle empêche son expulsion temporairement jusqu’à ce que la légalité de la mesure ait fait l’objet d’un examen approfondi.

Dans sa décision d’arrêter l’expulsion du ressortissant irakien KN, né en 1968, en tant que demandeur d’asile, le tribunal a statué que l’homme « ne sera pas expulsé avant qu’un délai de trois semaines ne se soit écoulé après la décision finale du contrôle judiciaire qui prend place. »

(Lire la suite: Boris Johnson va « continuer » après la crise interne de son parti)

Pour sa décision conservatoire « extraordinaire », le tribunal de Strasbourg a tenu compte des inquiétudes exprimées par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) concernant ces expulsions et également de l’absence de mécanisme juridique obligeant Londres à accepter KN sur son territoire si votre demande d’asile l’application est réussie.

La mesure a provoqué une chaîne inattendue d’approbations de fermetures pour les six autres et le vol a finalement été annulé après 22 heures, heure locale, à la colère et à l’humiliation d’un gouvernement britannique qui, depuis le Brexit, tente à tout prix de se distancer de la justice européenne.

Que va faire le gouvernement britannique ?

Le gouvernement britannique a confirmé mercredi qu’il poursuivrait son plan d’envoi de demandeurs d’asile au Rwanda.malgré les nombreuses demandes légales qui ont forcé la suspension du premier vol hier.

Le ministre de l’Intérieur, Priti Patel, a déclaré à la Chambre des communes que l’exécutif de Londres « reste attaché au programme de plus de 120 millions de livres sterling convenu avec Kigali et a condamné ceux qui » dénigrent « l’Africain ». pays « sans savoir de quoi ils parlent ».

Patel a réitéré sa « surprise » face à l’intervention de dernière minute de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) qui a conduit à l’annulation du décollage du Boeing 747 d’une base militaire britannique, mais a indiqué que « les préparatifs ont déjà commencé ». organiser un prochain vol.

Des sections du Parti conservateur ont appelé le gouvernement à prendre ses distances avec la Déclaration européenne des droits de l’homme de 1953 sur laquelle il s’appuie et que, paradoxalement, ce pays a contribué à rédiger.

Suite à la décision de cette juridiction, qui n’est pas affiliée à l’Union européenne mais au Conseil de l’Europe, dont le Royaume-Uni est membre, des sections du Parti conservateur ont appelé le gouvernement à prendre ses distances avec la déclaration européenne de 1953 Droits des Peuples, qu’ils et que, paradoxalement, ce pays a contribué à développer.

De son côté, le Premier ministre Boris Johnson a déjà laissé entendre que « la loi pourrait devoir être modifiée » pour permettre aux demandeurs d’asile qui arrivent en Angleterre par des voies irrégulières d’être envoyés au Rwanda, où ils séjourneraient alors déjà dans ce pays.

Patel a souligné que la Cour européenne des droits de l’homme n’avait pas déclaré le plan britannique « illégal », mais n’avait interdit que provisoirement l’expulsion de trois migrants (sur sept passagers attendus) jusqu’à ce que la justice anglaise se prononce sur l’initiative en juillet.

Il a assuré que la pression juridique n’empêchera pas une politique qu’il a qualifiée de « moralement responsable » de réussir, malgré le déluge de critiques entendues tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Royaume-Uni.

« Nous n’accepterons pas que nous n’ayons pas le droit de contrôler nos frontières », a déclaré le ministre, qui a insisté pour que les gangs de trafiquants transportant des demandeurs d’asile de la France vers l’Angleterre dans de petites embarcations à travers la Manche soient « dissuadés ».

Et quelle est la position du Rwanda ?

Pour sa part Le Rwanda a déclaré mardi qu’il restait « pleinement attaché » à l’accord. de renvoyer dans ce pays africain, malgré l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), des demandeurs d’asile entrés irrégulièrement au Royaume-Uni.

« Les événements récents ne nous ont pas dissuadés. Le Rwanda reste pleinement déterminé à faire fonctionner cet accord », a déclaré mardi la porte-parole de l’exécutif rwandais, Yolande Makolo, lors d’une conférence de presse à la suite de la décision du tribunal, selon les médias locaux.

(Aussi: voici comment fonctionne le nouveau visa que le Royaume-Uni accorde aux récents diplômés)

« La situation actuelle des personnes effectuant des voyages dangereux ne peut pas continuer car elle cause des souffrances indicibles à de nombreuses personnes », a ajouté Makolo.

C’est prévu En juillet, la justice britannique décidera si l’expulsion des demandeurs d’asile vers le Rwanda est conforme à la loi et vous pouvez continuer.

ÉCRITURE INTERNATIONALE*
*Avec informations EFE et AFP

Plus de nouvelles

Cinq endroits dans le monde qui offrent des avantages inhabituels pour la réinstallation

Les Colombiens connaissent mieux Miami que leur propre pays : l’ambassadeur d’Allemagne

L’Ecosse réactive sa campagne pour l’indépendance du Royaume-Uni

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.