Trois pays européens en bas de l’électromobilité, dont l’Espagne

Espagne, Italie et France se sont positionnés comme trois des pays européens les moins préparés à la mobilité électrique dans une Étude analysant les incitations gouvernementales, les infrastructures, l’offre et la demande sur sept marchés européens.

Le rapport créé PwC a franchi les dates France, Allemagne, Italie, Norvège, Espagne, Suisse et Royaume-Uni, Norway Place comme le pays le plus préparé pour la mobilité électrique avec un score moyen de 4,5 sur 5 et avec des scores supérieurs à 4 dans tous les domaines analysés.

La Suisse est arrivée deuxième avec un score moyen de 3 dans l’électromobilité, tandis que Le Royaume-Uni et l’Allemagne ont tous deux marqué 2,6 points et des résultats relativement bons en termes d’incitations et de demande croissante. Derrière ils ont placé La France et l’Italie, chacune avec une note moyenne de 2,3 et inférieur à 3 dans la plupart des zones analysées.

L’Espagne avait également un score moyen de 2,3 mais avait certains des scores les plus bas de l’étude principalement due au manque d’infrastructures (1,3 point) ou liée à l’offre et à la demande (plus de deux points). La meilleure note a été obtenue dans le domaine des aides d’État (3,8 points).

Conducteurs déjà passés à la mobilité électrique

Aussi dans le rapport l’intention des automobilistes européens d’acheter une voiture électrique a été analysée. 55% ont admis qu’ils achèteraient un véhicule électrique dans les deux prochaines années tandis que la part des propriétaires de véhicules électriques a augmenté de deux points et représente désormais 6 % du total.

L’étude le souligne 55% des conducteurs ayant opté pour l’électromobilité ont profité des incitations à l’achat du gouvernement En revanche, 77 % des Européens, qui représentent environ 13 % de la valeur du véhicule, auraient de toute façon acheté la voiture électrique.

De plus, les futurs consommateurs d’électricité, 63% du total (+1 point de pourcentage par rapport à 2021), ont un revenu inférieur de 50% à celui des propriétaires d’électricité. Les principales raisons d’acheter ce type de véhicule sont la réduction des coûts d’exploitation, l’impact environnemental et le confort.

Achat électrique en ligne

Les automobilistes qui ne font pas encore confiance à l’e-mobilité représentent 31% du total (un point de pourcentage de moins qu’il y a un an), ont des revenus inférieurs de 60 % à ceux des propriétaires actuels de véhicules électriques et sont majoritairement des femmes. Les principaux freins à l’achat sont liés au coût initial, à l’autonomie limitée et au temps de chargement.

Concernant le type d’achat, Le canal en ligne représente 10 % des ventes de modèles électriques. 55 % des consommateurs l’achèteraient en ligne pour des raisons de commodité, de transparence des prix et de disponibilité, tandis que les 45 % restants ne le feraient pasparce qu’il préfère acheter chez un concessionnaire pour faire d’abord un essai routier du véhicule.

Pour les acheteurs passés à l’électromobilité, l’étude montre que 57% ont acheté leur véhicule avec une borne de recharge, bien que 14 % l’aient fait séparément et 29 % sans chargeur.

Roselle Lémieux

"Amateur de café. Expert indépendant en voyages. Fier penseur. Créateur professionnel. Organisateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.