Twitter perd du terrain dans l’affaire du discours de haine en France

Reuters.- Twitter doit divulguer les détails de ce qu’il fait pour lutter contre le discours de haine en ligne en France La cour d’appel de Paris a tranché jeudi, donnant aux groupes une victoire qui accusent le réseau social de ne pas en faire assez contre les contenus haineux.

La décision confirme une décision d’un tribunal inférieur ordonnant à Twitter de fournir des détails sur le nombre, la nationalité, le lieu et la langue des personnes qu’il utilise pour modérer le contenu de la version française de la plateforme.

La Cour d’appel a déclaré qu’elle avait confirmé le premier jugement dans son intégralité et que Twitter devrait verser à chacun des six plaignants 1 500 € (1 700 $) de dommages et intérêts, selon une copie de la décision vue par Reuters.

La décision du tribunal de première instance comprenait également une obligation de divulgation pour Twitter l’ensemble de la documentation contractuelle, administrative, commerciale et technique concourant à la détermination les moyens financiers et humains qu’elle a engagés pour lutter contre les discours de haine en ligne en France.

« Notre priorité absolue est d’assurer la sécurité des personnes qui utilisent notre plateforme », a déclaré un porte-parole de Twitter en réponse à une demande de commentaire.

Suivez les informations et les actualités de l’entreprise dans Forbes Mexique

Ilana Soskin, avocate de l’un des plaignants, le groupe militant J’Accuse ! (J’accuse !), il a déclaré que Twitter « ne peut pas défier la loi française et se moquer du monde entier ».

« Vous devez vous conformer », a-t-il déclaré à Reuters.

Les entreprises technologiques ont été accusées de faire trop peu pour lutter contre les abus en ligne.

En mai dernier, le Royaume-Uni a annoncé une future législation qui imposera aux entreprises de médias sociaux une amende pouvant aller jusqu’à 10 % de votre chiffre d’affaires ou 18 millions de livres sterling (25 millions de dollars) s’ils ne s’attaquent pas aux abus en ligne tels que les crimes de haine raciste, alors que les cadres supérieurs pourraient être poursuivis.

Suivez-nous sur Google News pour rester informé

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.