« Txapote » et « Amaia », les assassins de Miguel Ángel Blanco, restent en prison

« Nous acceptons que nous soyons des militants de l’ETA et Nous n’arrêterons pas de lutter pour la liberté d’Euskadi« . Ce sont les mots qu’il a prononcés en basque Francisco Javier García Gaztelu, « Txapote »et votre partenaire Irantzu Galastegi, ‘Amaia’, jugé pour le meurtre de Miguel Ángel Blanco. Seize ans plus tard, tous deux sont toujours en prison sans remords.

Ils sont les auteurs de Enlèvement et meurtre du conseiller du PP à Ermua le 12 juillet 1997 que continuer à purger des peines pour ce crime et d’autres du commando de Donosti qui a exécuté Blanco et auquel a également participé José Luis Geresta, ‘Oker’, qui n’a pas été autorisé à siéger sur le banc depuis qu’il s’est suicidé à la périphérie d’Errenteria en 1999, quelques jours après l’arrestation de Gallastegi en France , avait tiré.

Outre ces trois membres de l’ETA, l’ancien conseiller du HB à Eibar a été condamné à 25 ans de prison Ibon Munoa pour la coopération dans l’hébergement des trois membres du commandement et des informations sur Blanco. Il est libre depuis octobre 2020.

Francisco Javier García Gaztelu, « Txapote »

Le verdict du tribunal national qui a condamné Txapote à 50 ans en juin 2006 pour le meurtre de Miguel Angel Blanco, 29 ans, a conclu que c’est ce membre de l’ETA de 31 ans qui a appuyé deux fois sur la gâchette et a mis fin à ses jours.

Le verdict fixe la peine maximale et la Interdiction d’approcher Ermua pendant les cinq prochaines années pour sa libération en raison de l’extrême gravité des faits et de l’attitude de lui et de son compagnon, qui ont fait preuve « d’une indifférence et d’un mépris absolus » et sans le moindre signe de compassion ou de remords durant le procès.

Txapote recueille des phrases qui Ils atteignent 500 ans de prison. À l’assassinat de Blanco s’ajoutent une dizaine de morts dans son histoire sanglante, dont Gregorio Ordóñez, Fernando Múgica, José Luis López de la Calle ou encore Fernando Buesa et son escorte.

Il est emprisonné depuis près de deux décennies depuis son arrestation le 22 avril 2001 en France, qui l’a remis à l’Espagne fin 2005, où il a été jugé pour près d’une dizaine d’attentats. Son attitude devant le tribunal était toujours arrogante et méprisante.

Agé de 56 ans et père de deux enfants de sa compagne Galastegi, l’ancien chef militaire de l’ETA continue de purger une peine combinée de 30 ans entre 1996 et 2001 pour meurtre, voies de fait, emprisonnement illégal, dépôts d’armes, falsification de documents, vandalisme, incendie, vol et le vandalisme.

Depuis un an il le fait dans une cellule de la prison d’Estremera à Madrid suite à leur transfert dans les prisons depuis la prison de Huelva.

Il n’a été libéré de prison qu’une seule fois, et c’était en 2017, lorsque le juge superviseur du Tribunal national, José Luis Castro, lui a accordé une autorisation – contre le Conseil de traitement de la prison de Huelva – pour le placer en garde à vue et pour le « moment essentiel« à ton père.

Il purgera les trois quarts de sa peine en août de l’année prochaine et selon des sources juridiques consultées par l’Efe, la date à laquelle sa peine sera purgée sera février 2031, bien qu’un procès soit en cours pour le meurtre en 1998 du PP -Conseiller à Rentería Manuel Zamarreño.

Irantzu Galastegi Sodupe, ‘Amaia’

Irantzu Gallastegi Sodupe, alias « Amaia ». EPE


C’est elle, selon le verdict, qui a approché le conseil municipal d’Ermua vers 15h30 le 10 juillet 1997, alors qu’il descendait à la gare d’Eibar. On ne sait jamais ce qu’il lui a dit ou s’il a menacé sous la menace d’une arme de le mettre dans la voiture où Txapote et Oker l’attendaient et le conduisaient. « à un endroit qui n’a pas pu être identifié ».

Son casier judiciaire est proche de celui de sa compagne, avec qui il partage détention et restitution. Son histoire avec l’ETA est quelque peu différente, car Amaia, 49 ans, a été arrêté deux ans avant lui, en mars 1999 à Paris, en même temps que le chef du commando illégal de l’ETA, José Javier Arizcuren Ruiz, Kantauri.

Elle a finalement été extradée de France en juin 2005 et, comme Txapote, purge une peine à Estremera après avoir purgé la majeure partie de sa peine à Huelva, un total de 30 ans de prison qui, selon des sources judiciaires, expireront en mai 2031. .

Des sources juridiques informent Efe que le couple reste sur la ligne dure, allant jusqu’à souligner qu’ils ont montré leur désaccord avec certaines des propositions récentes des prisonniers du groupe, qui ont recommandé de rendre hommage aux membres du gang pour obtenir la liberté dans le privé. sphère.

L’exécution pourrait-elle être empêchée ?

Avec l’enlèvement de Blanco – dix jours après la libération du geôlier José Antonio Ortega Lara Après 532 jours d’enfermement dans une grotte, l’ETA lance un ultimatum au gouvernement de José María Aznar. S’il ne déplaçait pas les prisonniers de l’ETA en Euskadi, le conseiller municipal serait assassiné avant quatre heures de l’après-midi du 12 juillet.

Qui était derrière ce chantage, qui a donné l’ordre d’exécuter la menace ?

Début 2016, le juge du Tribunal national Eloy Velasco a rouvert l’enquête et inculpé l’ancien dirigeant de l’ETA José Javier Arizcuren RuizKantauri, dont la signature figurait sur des lettres détaillant comment procéder à l’enlèvement.

L’Association Dignité et Justice le poursuit ainsi que cinq autres personnes devant la Haute Cour nationale, qui enquête pour savoir si ces dirigeants étaient responsables de l’agression par voie d’injonction parce qu’ils ont pu empêcher le crime après 48 heures d’enlèvement.

La Garde civile n’a aucun doute et dans un rapport récent pointe quatre membres du Comité exécutif ou zuba –Kantauri, Mikel Antza, Iñaki de Rentería et María Soledad Iparraguirre, Anboto– comme responsable du crime de Blanco.

La clé de cette affaire est de savoir si les anciens patrons de l’ETA pourraient, par inaction, être responsables du crime de Miguel Ángel Blanco, car ils auraient pu d’une manière ou d’une autre empêcher son assassinat pendant les 48 heures où il a été kidnappé.

Le juge enquête également sur la question de savoir si les membres du comité exécutif (Zuba) de l’époque avaient donné l’ordre d’assassiner le membre du conseil au moment des faits, bien que des sources consultées par Efe soulignent la difficulté de déterminer ce point.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.