Un bras robotisé développé par l’ESA ramènera des échantillons de Mars sur Terre

Ce L’Agence spatiale européenne (ESA) va développer un robotconnu sous le nom de Sample Transfer Arm (STA), qui, selon les experts, « jouera un rôle essentiel dans le succès de la campagne d’échantillonnage sur Mars ».

fera partie de mission conjointe de l’ESA elle-même et de la NASA visant à acheminer des échantillons de Mars vers les meilleurs laboratoires d’ici 2033.

L’ESA a déclaré que ce bras robotique devrait atterrir sur Mars Récupérer le tube d’échantillon recueillies par le rover Perseverance de la NASA lors de sa mission. Ce processus, comme l’a souligné l’agence, le fera grâce à sa capacité à « voir », « sentir » et « prendre des décisions autonomes ».

Son architecture imite celle d’un bras humain, avec une épaule, un coude et un poignet, et il a son propres « cerveau » et « yeux » intégrés. De cette façon, selon l’ESA, le robot peut effectuer une large gamme de mouvements avec sept degrés de liberté.

De la même manière, il a souligné le « niveau de compétence » de ce robot, qui « est capable d’extraire les tubes du rover, de les ramasser du sol martien, de les placer dans un récipient et de fermer le couvercle avant de décoller de Mars ».  » . »

De plus, il comprend deux caméras et une variété de capteurs qui permettent « décider du meilleur plan d’action et coordonner les mouvements appropriés ».

Une « performance incroyable »

Dès que le robot ferme le couvercle du conteneur, les échantillons de Mars sont libérés sa rencontre avec le Earth Return Orbiter (ERO) L’ESA et ledit matériel reprendront le cap vers la Terre.

Le directeur de l’exploration humaine et robotique de l’ESA, David Parker, a expliqué que « la manipulation des précieux échantillons de Mars et leur préparation pour l’expédition représentent un voyage extraordinaire de Mars à la Terre ». une réalisation incroyable« .

En outre, il a souligné que de la création de ce bras – par la société italienne Leonardo – à ses premiers voyages vers Mars, le projet est « un témoignage de l’immense expérience et des connaissances techniques » de l’Europe. En fait, il a surnommé ce robot « l’un des les bijoux les plus précieux de la robotique spatiale ».

Participation de l’Espagne

L’ESA a signé un contrat avec Leonardo ce lundi au Farnborough International Air Show concevoir, fabriquer, intégrer et tester le bras de transfert d’échantillons pour le programme d’échantillonnage de Mars.

Leonardo dirige un consortium industriel européen composé d’entreprises d’Espagne, de France, de Roumanie, du Danemark, de Grèce, de Suisse et de République tchèque.

L’Agence spatiale italienne (ASI) soutient le projet depuis le début. « Nos investissements consolidons aujourd’hui le leadership que l’Italie prendra dans l’exploration de Mars et en particulier dans le programme de retour d’échantillons de Mars », a expliqué le président de l’Agence, Giorgio Saccoccia.

« Ce contrat renforce notre leadership en robotique spatiale, une technologie importante pour Exploration planétaire et opérations orbitales » a ajouté Gabriele Pieralli, directeur général de la division électronique de Leonardo.

Les entreprises européennes impliquées dans la construction du bras avec Leonardo sont AVS Added Value Solutions (Espagne), Alter Technology (France), Comoti (Roumanie), Danish Technological Institute (Danemark), EMTech Space (Grèce), GMV Aerospace & Defence SAU (Espagne), GMV Innovating Solution (Roumanie), Maxon (Suisse), SAB Aerospace sro (République tchèque) et 3D PLUS (France).

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.