Un fils présumé de Julio Iglesias a porté son affaire de paternité devant le tribunal de Strasbourg

Edité par Julio Iglesias et Javier Sánchez Santos (Europa Press)

L’avocat de Javier Sánchez Santos, fils présumé du chanteur espagnol Julio Iglesias, a saisi ce lundi la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) de Strasbourg (France) en défense de ce motif d’affiliation.

L’intention de défendre « la vérité génétique sur la force juridique »Le bureau du procureur de Fernando Osuna a déclaré dans un communiqué que le fils présumé du chanteur avait un rapport génétique qui établit le lien familial.

Cette preuve a été obtenue par un détective privé aux États-Unisqui a ramassé un objet laissé par Julio José Iglesias Preysler, le fils de Julio Iglesias, et a découvert qu’il y avait un lien génétique à 99% entre les deux, a indiqué la société.

La bataille judiciaire s’est terminée en Espagne en mars dernier lorsque la Cour constitutionnelle (TC) a rejeté le recours de ce fils présumé pour la reconnaissance de la paternité du chanteur comme une « affaire déjà tranchée ».

Javier Sánchez Santos à son arrivée à la Cité de Justice de Valence.  EFE/Kai Försterling/Fichier
Javier Sánchez Santos à son arrivée à la Cité de Justice de Valence. EFE/Kai Försterling/Fichier

En 2020, le tribunal provincial de Valence (que l’espagnol) a annulé le verdict par lequel un tribunal de première instance avait statué sur la poursuite en paternité de Javier Sánchez Santos contre le chanteur un an plus tôt.

Le tribunal de district a conclu qu’il était « res judicata » sans examiner l’affaire au fond, car le fils présumé et sa mère avaient déjà engagé d’autres actions en justice.

En juillet 1999, la Cour suprême espagnole (TS) avait confirmé que Julio Iglesias n’était pas le père du plaignant, contrairement aux affirmations de sa mère, qui était la portugaise María Edite Santos Raposo.

Par la suite, le TS lui-même (en 2021), comme le TC plus tard, a rejeté les moyens de défense de Javier Sánchez Santos, estimant également qu’il était « res judicata ».

Javier Sánchez Santos avec sa mère (Reuters)
Javier Sánchez Santos avec sa mère (Reuters)

Osuna espère que la Cour EDH « ne contredira pas ses propres jugements » et énumère jusqu’à onze prononcés similaires dans lesquels, comme il l’affirme, « prédomine la vérité génétique, c’est-à-dire la réalité scientifique sur la force juridique ou l’interdiction de rouvrir une procédure en raison de problèmes de procédure ».

Selon l’avocat, c’est le jugement du tribunal de Valence du 6 mai 2020 qui commet la violation lorsqu’il annule le jugement approuvant l’affiliation de la première instance judiciaire.

(avec des informations de l’EFE)

CONTINUER LA LECTURE:

L’enlèvement par l’ETA du père de Julio Iglesias : une fausse interview, vingt jours d’incarcération et un sauvetage accidentel
Julio Iglesias Jr. contre sa femme : la bataille pour les possessions et une vraie fortune a commencé
Les images de Julio Iglesias qui tirent la sonnette d’alarme en Espagne : avec des problèmes de marche et un déclin physique

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.