Un front orageux fait un mort et quinze blessés sur son passage en France

Vidéos EFE

L’Espagne, pour avoir réagi en terrain favorable

Sports Writing, 4 juin (EFE).- A Prague, où ils n’ont pas perdu lors de leurs deux précédents déplacements en République tchèque, tête du groupe B de la Ligue des Nations, les Espagnols sont aux prises avec la fatigue de fin de saison et cherche une victoire pour réagir au tirage au sort du prêt contre le Portugal à Séville pour retrouver d’anciennes sensations qu’il n’avait pas avec Benito Villamarín. Malgré la forte identité que l’Espagne de Luis Enrique Martínez affiche toujours, ses débuts dans la troisième édition de la Ligue des Nations ont un peu refroidi ses fans. De nombreuses imprécisions sans maintenir un rythme constant, sans mettre une pression constante sur le rival qui se permet toujours de voler dans le champ adverse. C’est l’hommage des derniers chapitres d’une très longue saison pour les joueurs. La plupart après deux semaines de vacances. L’Espagne a raté le set contre le Portugal et le match nul tardif en prêt augmente la nécessité d’une victoire à Prague contre une République tchèque avec laquelle elle n’a jamais perdu. Il l’a battu lors de ses quatre derniers matchs et le souvenir de la dernière fois qu’il l’a fait, lors de ses débuts à l’Euro 2016, lorsqu’une tête de Gerard Piqué a donné la victoire à l’Espagne à trois minutes de la fin, s’estompe. Six ans plus tard, des joueurs qui ont pris part à ce match à Toulouse (France), il n’en reste plus que trois, Jordi Alba, Sergio Busquets et Álvaro Morata, car le quatrième, Thiago Alcántara, a dû perdre sa concentration à cause d’une blessure musculaire. L’histoire était toute différente à Prague face à la défunte Tchécoslovaquie, quand de 1930 à 1990 chaque visite signifiait la défaite. Le présent est différent et l’Espagne devra faire ses preuves si elle veut réussir en tant que l’un des prétendants à la Coupe du monde au Qatar en novembre. Luis Enrique s’attendait à des surprises dans la liste finale des élus, donc chaque joueur doit saisir l’opportunité qui lui est offerte. Des rotations sont attendues du manager espagnol qui a soif de Pedri et de son impact sur le match. Le petit écart entre les deux premières journées de la Ligue des Nations invite au changement. En défense, Dani Carvajal et Marcos Alonso apparaissent comme partants sur les ailes, Eric García ou Íñigo Martínez en défense centrale et Rodri et Koke ont de nombreuses occasions d’entrer au milieu de terrain, tout comme Dani Olmo insultant dans le trident. Luis Enrique devra trancher entre Gavi, qui traîne un coup au mollet, et entre la continuité d’Álvaro Morata au sommet, ayant égalisé les 26 buts d’Emilio Butragueño contre le Portugal et faisant partie des cinq meilleurs buteurs de l’histoire de l’équipe, devrait tenir ou donner l’alternative à Raúl de Tomás à la recherche de plus de buts. Il attend également avec impatience son retour auprès d’Ansu Fati, avec qui il reste calme sans forcer sa situation après avoir enduré un calvaire de blessures. La République tchèque a raté la perte de son meilleur buteur, la star du Bayer Leverkusen et meilleur buteur du dernier Championnat d’Europe, Patrik Schick, qui a fait ses débuts en battant la Suisse dans le peloton de tête de la Ligue des Nations. La responsabilité offensive revient à Jan Kuchta du Lokomotiv Moscou, qui a marqué un bon résultat qu’il cherche à confirmer contre l’Espagne. Aux côtés de Schick, les milieux de terrain Antonin Barak et Tomas Holes sont absents contre l’Espagne avec des problèmes physiques, trois des dix titulaires absents d’un groupe rajeuni qui comprend Jiri Pavlenka, Vaclav Cerny, Vladimir Coufal et Adam Vlkan. Jaroslav Silhavy, sélectionneur de la République tchèque depuis 2018, qui s’est qualifié pour le dernier Euro et n’a été dépassé que par l’Angleterre en cours de route, a assuré la continuité dans sa colonne vertébrale. Il n’apportera pas beaucoup de changements ou ne touchera pas à ce qui a fonctionné pour lui malgré le peu d’espace de récupération que son équipe a eu, mais avec l’avantage de ne pas faire face à un report et de rejouer un match à domicile. « Je suis sûr que si les gars travaillent aussi dur qu’ils l’ont fait contre la Suisse, ils auront aussi une chance d’obtenir un bon résultat contre l’Espagne. Nous vérifierons la condition physique des joueurs, mais nous voulons avoir notre plus fort XI. » encore », a-t-il assuré. un entraîneur dont l’objectif est de maintenir la République tchèque parmi les grands de la catégorie la plus élevée de la Ligue des Nations. Après avoir joué contre l’Espagne, il se rendra au Portugal et de nouveau à Malaga contre l’équipe rouge Compositions attendues : République tchèque : Vaclik, Zima, Brabec, Krejci, Coufal, Sadilek, Soucek, Zeleny, Jankto, Kuchta et Hlozek Espagne : Unai Simon, Carvajal, Eric García, Iñigo Martínez, Marcos Alonso, Rodri, Koke, Gavi, Ferran Torres, Dani Olmo et Mota ou De Tomás Arbitre : François Letexier (FRA) Stade : Sinobo Stadium (Prague) Heure : 20h45 (c) Agence EFE

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.