Vingt experts internationaux abordent les défis de la communication pour normaliser le handicap | Leader de l’information sociale

Une vingtaine de chercheurs espagnols et latino-américains ont créé un ouvrage collaboratif intitulé « Nouveaux défis du handicap et de la communication dans la société de la connaissance », qui fait le point sur l’état actuel de la recherche sur les nouveaux outils numériques et transmédias et leur application pour faire progresser la communication, le divertissement et l’éducation à la normalisation du handicap.

Edité par Tirant lo Blanch, le livre a été coordonné par Josep Solves Almela et Sebastián Sánchez Castillo du Groupe de recherche sur le handicap et la communication (Gidyc) de l’Université CEU Cardenal Herrera (CEU UCH).

Le travail s’appuie sur un état des lieux de l’état actuel de la recherche sur le handicap dans différents contextes communicatifs, comme dans le journalisme sportif, dans les contenus de fiction, dans la publicité et dans le récit de la communication institutionnelle.

Cette réalité de la communication sur le handicap est traitée dans plusieurs chapitres par des chercheurs de différentes nationalités, tant en Espagne qu’en Amérique latine.

COMPREND LES JEUX VIDÉO ET LE CINÉMA

Les nouveaux défis du handicap et de la communication dans la société de la connaissance abordent également les nouvelles plateformes et médias numériques de communication et de divertissement, où les défis continuent d’être à la fois d’améliorer l’accessibilité et de normaliser le handicap. C’est le cas dans le domaine des jeux vidéo.

Il se penche également sur les innovations du cinéma inclusif, avec l’incorporation de nouveaux sens pour améliorer l’accessibilité et l’expérience multisensorielle du spectateur, illustrée par le court métrage « Xmile » étudié par le groupe Gidyc.

En outre, le rôle du média de la radio au service de l’inclusion des personnes handicapées mentales et la démocratisation de l’accès à la radiocommunication à travers la radio verticale et la nanoradio sont discutés, analysant également l’accessibilité du média de la télévision pour les personnes handicapées, avec une attention particulière au sous-titrage dans la télévision commerciale. Les interfaces numériques accessibles dans le tourisme sont également analysées dans cette anthologie traitant de la communication incluant la dimension loisir et divertissement.

Le discours sur le handicap dans l’éducation, clé de sa normalisation dans la société, est un autre gros bloc de ce livre. Les auteurs analysent l’état actuel de l’application des nouveaux outils numériques dans l’éducation, avec une attention particulière à l’apprentissage transmédia et à la culture numérique dans l’éducation et la socialisation des personnes handicapées, comme dans le cas de l’école de l’autisme et de l’intégration.

AVENIR

Selon Josep Solves, professeur de journalisme à la CEU UCH et chercheur principal du groupe Gidyc, « étudier la relation entre handicap et communication implique également d’analyser la relation entre des aspects tels que l’identité, l’inégalité, la technologie ou l’interaction. S’engager dans une réflexion systématique sur cette relation est l’un des défis les plus urgents de notre avenir immédiat.

Pour cette raison, comme l’a souligné Sebastián Sánchez Castillo, professeur à l’Université de Valence (UV) et chercheur au GIDYC, « notre objectif avec ce travail était, d’une part, de mettre à jour l’état de la recherche sur la relation entre le handicap et communication en Espagne et en Amérique Latine . Et en même temps de passer en revue les outils numériques les plus innovants dans des domaines tels que l’éducation, les jeux vidéo, le cinéma, la radio, la télévision ou le tourisme qui peuvent aider les personnes en situation de handicap à profiter réellement et pleinement de la communication et de la connaissance.

CO-AUTEURS INTERNATIONAUX

Avec les coordinateurs Josep Solves Almela et Sebastián Sánchez Castillo, ils sont co-auteurs du livre Miguel Bañón, Master en journalisme de l’Universitat Oberta Catalunya (UOC) ; Àngels Álvarez de l’Université CEU Cardenal Herera; Antonio Miguel Bañón, Eman Mhanna, Juan Antonio Cortés et Juan Manuel Arcos de l’Université d’Almería ; Sandra Meléndez-Labrador de l’Universidad del Norte en Colombie; Silvan Menezes dos Santos de l’Université fédérale d’Alagoas, André Marsiglia Quaranta de l’Université fédérale de Paraná et Antonio Luis Fermino de l’Université d’État de Maranao, tous du Brésil.

En outre, il y avait Gerardo Herrera de l’Université de Valence, Daniel Valdez de FLACSO ; Nohemí Lugo Rodríguez de l’Institut technologique de Monterrey au Mexique ; Viviana Marchetti, Analia Brarda, Ezequiel Viceconte et Arianna Piccioni Luna de l’Université nationale de Rosario en Argentine et Ines Laitano de l’Université de la Sorbonne Paris-Nord en France.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.