Visite de France. A Hautacam, « on prépare l’après-ski à cause du réchauffement climatique »

A quoi ressemble l’authentique dans les cols mythiques du Tour de France, franchis un grand nombre d’années par les sprinteurs ? Que s’y passe-t-il le reste du temps, loin de la fureur excitée par l’expérience ? Le prolongement est allé là où personne ne va, cognant à l’entrée de ces maisons dont les contours sont à peine reconnaissables dans les montagnes. Aujourd’hui : le déménagement à Hautacam (Hautes-Pyrénées), dont la station de ski est contrainte de s’adapter aux changements d’environnement. Un brouillard à couper à la lame. Tôt ce jour-là, à la mi-mai, le déménagement à Hautacam était recouvert d’un épais manteau qui ne permettait pas de voir à plus de 20 mètres. Les cyclistes les plus éloignés n’ont pas manqué de se souvenir d’un petit feu rouge scintillant à l’arrière de leur vélo pour avertir les automobilistes de leur présence.

Ayros-Arbouix, Artalens, Souin… Les petites villes se succèdent, puis, à ce moment-là, le lieu-dit Saint-André et ses demeures sont les derniers indices de l’existence humaine jusqu’à l’aboutissement. Quelques hectomètres après ce village, nous émergeons de la brume, pour trouver des buttes réchauffées par un fort soleil. Dans les liens de bitume, les murs de sécurité servent de porte-parole aux demandes des reproducteurs furieux de la présence de l’ours. Un regard vers la vallée des Gaves ne dévoile qu’un océan de brumes. Argelès-Gazost, sous-préfecture des Hautes-Pyrénées de 3 000 habitants, est comme mise sous cloche.

Ces pentes sporadiques, avec des passages particulièrement raides, constituent les derniers clichés de la course confiée aux grimpeurs de ce Tour de France 2022. Au point culminant de ces 13,5 kilomètres de black-top (à 7,8% au total), le résultat de la Le dispositif général de la 109e version de la Grande Boucle sera pratiquement connu. Les dernières failles résideront dans la présentation de l’épreuve chronométrée de 40,7 km entre Lacapelle-Marival et Rocamadour samedi, la veille de l’achèvement à Paris.

Pour son 6ème déplacement du Hautacam dans son set d’expériences, la meilleure course cycliste de la planète revient huit ans après son dernier passage et une exhibition de Vincenzo Nibali, vainqueur du maillot jaune et de quatre phases en 2014. La présence d’un rue principale à gravir (et glisser) a constamment déconcerté la section du Tour, et contraint le coordinateur Amaury Sport Organisation (ASO) à boucler l’étape au point culminant du Hautacam, à 1 520 mètres d’altitude. En effet, une rue dégagée sur la gauche poursuit son chemin vers les paliers et le col de Tramassel, à 1 635 mètres d’altitude. De toute façon, le peloton ne s’y attardera pas, puisque le kilomètre supplémentaire et une portion de rue serviront de départ pour les véhicules de l’association, plus précisément la bande d’exposition.

Une station de ski familiale
Les sprinters iront trop loin à…

Visite de France. A Hautacam, « nous nous préparons l’après-ski en raison d’une altération mondiale de la température »

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.