L’accaparement des terres est une bonne affaire

L’appropriation de terres sur les plages d’Escuintla a provoqué l’indignation et l’alarme de l’Association pour la défense de la propriété privée (ACDEPRO), qui a dénoncé le fait dans les médias et appelé les autorités à prendre des mesures contre le Comité de développement rural (CODECA), qui postuler comme criminel.

Roxana Orantes Cordoue

« L’usurpation est une bonne affaire », a déclaré le président lors d’une conférence de presse ACDEPROCarlos Torrebiarte, qui explique que les peines sont très faibles et que les usurpateurs volent de grosses sommes d’argent.

– Publicité –

Récemment, des membres de CODECA ont envahi des terrains privés sur la plage de Chulamar, Puerto de San José, Escuintla. La région est connue pour sa beauté et son attrait touristique, mais il est également vrai que les trafiquants de drogue utilisent la côte pour transporter de la drogue.

Plus d’une plainte suggère que ce groupe d’usurpateurs pourrait être lié au crime organisé pour faire du trafic de drogue sur la plage, a déclaré Torrebiarte dans l’interview ci-dessus.

L’usurpation est un acte flagrant et un crime grave que les autorités guatémaltèques traitent avec légèreté et ne combattent pas radicalement. Malheureusement, lorsqu’un groupe d’usurpateurs parvient à rester longtemps au même endroit, il cause d’énormes dégâts à l’écosystème, qu’il pollue par des pratiques inappropriées.

Dans le cas des plages, leur valeur principale réside dans la beauté des côtes, et l’appropriation illégale de terres sur la plage nuira gravement au tourisme, en plus du risque déjà mentionné d’interaction possible avec le crime organisé.

Incroyablement, les autorités tolèrent ces actes criminels et loin d’agir rapidement, elles laissent le phénomène se propager et prendre des caractéristiques telles que des liens possibles avec le crime organisé.

Pendant ce temps, CODECA maintient son parti politique légalement constitué avec un représentant au Congrès et exprime constamment un discours basé sur la justice et la justice sociale basé sur les liens forts qu’il entretient avec des régimes tels que le bolivien, le chilien et le vénézuélien.

« L’humanisme pour changer l’État colonial »

CODECA publie diverses annonces de ses membres dans ses réseaux. Parmi eux, une jeune femme affirme que « l’humanisme est nécessaire pour transformer l’État colonial ». Fait intéressant, ce type d’humanisme sui generis ne concerne pas le respect des autres lorsqu’il s’agit d’usurper (voler) des biens.

La CODECA affirme également que les Guatémaltèques pensent « qu’ils sont des voleurs », comme l’ont affirmé des personnalités comme Otto Pérez Molina, Erick Archila et d’autres anciens responsables. Apparemment, pour ce groupe, l’appropriation d’un terrain étranger n’est pas un vol ou quelque chose comme ça, pas plus que le vol de fluides électriques qui leur a permis de gagner des revenus, puisque les « bénéficiaires » des branchements illégaux du groupe paient une redevance.

Liens vers le Forum de Sao Paulo

Une constante dans cette organisation est la répétition de phrases qui définissent idéologiquement le groupe. Par exemple, la « bonne vie » façonnée par les régimes de gauche du Sud, qui se transforme actuellement en « bonne vie » de la vice-présidente colombienne Francia Márquez.

Un autre slogan répété est « État plurinational ». Selon ce groupe, ils représentent différents « peuples » (Autochtones, Xincas, Garífunas et Mestizos). En assumant la représentativité de tous les Guatémaltèques, ils négligent le fait que leur parti, le Mouvement pour la libération des peuples (MLP), a à peine obtenu un siège et que leur chef adjoint n’est pas un chef.

Cependant, le soutien qu’ils reçoivent des personnalités associées au Forum de Sao Paulo peut être alarmant, et ils sont constamment visités par des militants boliviens, chiliens et vénézuéliens qui militent pour une réforme constitutionnelle et la mise en œuvre de ce qui les unit, l’appellent un « État plurinational ».

Si vous regardez les faits, au-delà de la rhétorique, cet état de fait ne serait rien d’autre que l’intronisation de groupes criminels : vol d’électricité, intrusion dans des propriétés privées et liens avec le crime organisé.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.