Antón García-Abril participe au projet du nouveau Parlement européen

L’atelier d’architecture assemblerAvec Anton Garcia-avril Oui Devant Deborah Mesa, participera à la conception conjointe du nouveau bâtiment du Parlement de l’Union européenne à Bruxelles. Sa candidature a été retenue parmi les 15 propositions soumises pour sa rénovation ou sa reconstruction. La superficie actuelle du bâtiment Paul-Henri Spaak Il fait 84 000 mètres carrés et abrite une salle plénière et plusieurs salles, dont les bureaux du président de l’Assemblée, le centre de presse et des salles de conférence. Il a été construit entre 1993 et ​​1995 et est intégré à l’Espace Léopold, un complexe de bâtiments parlementaires à l’est de la capitale belge.

García-Abril et Mesa font partie du groupe d’architectes européens qui ont remporté le premier prix du concours international avec lequel ils conçoivent le nouveau Parlement européen Julien De Smedt Architects (Danemark), Thomas Coldefy (France), Carlo Ratti (Italie) et NL Architects (Pays-Bas).

« Dans notre cas, nous avons compris dès le premier instant que nous pouvions le construire en réunissant plusieurs professionnels de toute l’Europe, et c’est ainsi que nous avons créé ce petit groupe d’architectes et d’ingénieurs », explique Antón García-Abril. Dans un groupe aussi paneuropéen, nous travaillons beaucoup « en ligne » et grâce aux nouveaux outils numériques, nous nous voyons pratiquement tous les jours. Nous préparons le concours comme un manifeste pour la coopération, la recherche de consensus et d’accords. La participation était anonyme et l’architecture a été évaluée. Il peut en quelque sorte répondre à la personnalité d’un architecte ou d’un groupe. Et dans ce cas, le second a fonctionné, ce qui, je pense, correspond très bien à la mission.

L’union fait le pouvoir

D’ici septembre, l’Union européenne Il ne veut pas révéler de détails sur ce à quoi ressemblera sa nouvelle chambre à Bruxelles. On sait que la démolition n’est pas envisagée. «L’idée de démolition nous était restée ouverte, mais aujourd’hui la démolition est une pratique très agressive qui a un impact énorme sur l’environnement, génère une énorme quantité de déchets et nous avons toujours pensé que les bâtiments ont plusieurs vies et sont adaptés et canette recyclée, remodeler, réinterpréter…», ajoute-t-il.

Le siège actuel est devenu obsolète et l’intervention que García-Abril y envisage consistera « à incorporer des couches qui font de la construction une renaissance de l’ancienne structure, mais toute l’énergie et le carbone incrustés dans la structure peuvent être préservés », précise-t-il.

On ne sait pas encore quand les travaux de rénovation commenceront. « L’Europe se trouve maintenant à un moment très critique et Je pense que nous sommes simplement convaincus que nous voulons plus d’Europe, plus d’Union et plus de valeurs européennes. Je ne peux pas anticiper le calendrier – avoue-t-il – mais il est vrai qu’à partir de septembre va commencer tout un processus de collaboration, partagé avec la société, avec un maximum de transparence.

García-Abril et Mesa ont réalisé des projets dans différents coins de la planète, avec une attention particulière au monde du paysage et de l’architecture sur Terre. Un exemple de ceci est le centre d’art Tippet Rise dans le Montana (États-Unis). D’autre part, ils développent également des propositions qui ont à voir avec l’industrialisation. « Il faut allier art et technologie. Quand l’art et la technologie sautent l’un sur l’autre, l’architecture émerge. Il y a dix ans, nous avons créé un laboratoire au Massachusetts Institute of Technology (MIT), où j’occupe ma chaire, et à partir de la technologie, nous pouvons travailler sur la sensibilité, qui est d’autre part très ancienne, de la façon dont l’architecture s’intègre à nouveau avec la terre », argumente-t-il.

Projets en Aragon

D’origine aragonaise – il est le fils du compositeur de Teruel Antón García Abril (1933-2021) – il assure n’avoir pas réussi à réaliser deux de ses projets en Aragon, celui del Théâtre Fleta et Théâtre SGAE à Portillo, tous deux à Saragosse, « J’ai une épine dans le cœur. Mais la vie est très longue et j’aimerais faire un projet dans le pays de mon père. J’ai absorbé cet amour pour l’Aragon et je suis de sang aragonais, bien que je sois né à Madrid », explique-t-il.

En plus des deux théâtres de la capitale aragonaise, il y avait un projet précédent. Lorsqu’il était retraité à l’Académie de Rome, il envisageait un belvédère culturel à Teruel, sur la corniche de l’extension, « un petit projet, mais avec un énorme impact culturel », révèle-t-il.

Bien que García-Abril n’ait pas suivi les traces de son père dans le monde de la composition, il l’affirme « L’architecture c’est la musique » et il est ému quand il se remémore leurs moments ensemble : « Les conversations que j’ai eues avec mon père toute ma vie ont tourné autour de quelque chose qui n’était ni l’architecture ni la musique, mais tout ce qui combine ces deux arts et les relie ».

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.