Colette, rescapée du Rafle du Vel’ d’Hiv : « Ce juillet 1942, ma mère m’a été arrachée »

Les 16 et 17 juillet, la France honore la 80e commémoration de la rafle du Vel d’Hiv, où plus de 13 000 Juifs de la capitale ont été capturés. Colette Zeif, alors âgée de 6 ans, s’est échappée de ce Roundup qui lui a arraché sa maman. Elle l’affirme aujourd’hui au porte-parole d’Europe 1.
La France reconnaît cette fin de semaine la 80ème commémoration du Rafle du Vel d’Hiv. Obligés du système de Vichy, les 16 et 17 juillet 1942, plus de 13 000 Juifs de Paris sont capturés et arrêtés au Vélodrome d’Hiver alors qu’ils sont prêts à être évincés vers des camps de fixation ou d’éradication. Il y a longtemps, Colette Zeif, alors, à ce moment-là, 6 ans, s’est éloignée de ce rassemblement. Elle l’affirme au receveur d’Europe 1.

« Ma mère a commencé à crier après la police »
« Je suis en 1936, j’étais une gamine secrète. Ma mère a été expulsée le 16 juillet 1942, et si je suis là aujourd’hui, c’est grâce à elle et à son opposition. » Colette Zeif est une vainqueur du Rafle du Vel’ d’Hiv’. A l’ampli d’Europe 1, elle décrit la répugnance d’il y a longtemps. « Ma mère s’est mise à crier devant les policiers qui sont venus chez nous. Elle criait ‘laissez-les, le grand s’occupera du petit’, puisque j’avais une sœur qui avait onze ans de plus aguerri que moi. »

Régulièrement, ces 16 et 17 juillet sont exceptionnellement chaotiques pour l’octogénaire. « C’est incroyablement surprenant. En ce mois de juillet 1942, ma mère m’a été enlevée. Mon père a été expulsé en Limousin en 1943. C’était horrible de se construire sans parents. »
Aujourd’hui, Colette est médiatrice dans les écoles et procède à l’obligation de mémoire. « Je ne pense pas que la mémoire soit perdue ou plus tout ce que vous ne devriez pas, c’est la raison pour laquelle nous affirmons. C’est la raison pour laquelle nous nous battons. Il y a des instructeurs qui font une démonstration colossale. J’ai une tonne de respect et de gratitude pour La mémoire est le moment où je vois des doublures qui clarifient certaines choses, qui sont passionnées par le sujet et je leur exprime ma gratitude sans équivoque, sincèrement, à la lumière du fait que l’avenir, c’est eux. Nous, c’est tout là c’est fini, c’est fini. »

« La principale chose qu’on puisse accomplir pour les morts, c’est d’en discuter », conclut ce vainqueur du Rafle du Vel’ d’Hiv’. De nombreuses fêtes sont également organisées dans toute la France.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.