Face aux doutes de la France, Ribera appelle Bruxelles à une « participation maximale » au gazoduc

La nouvelle alternative proposée par l’Allemagne réduire sa forte dépendance au gaz La Russie passe par l’Espagne et la France avec un nouveau gazoduc qui reliera la péninsule à l’Europe centrale par les Pyrénées. Un projet sur la table depuis des « décennies » mais qui s’est toujours heurté à la résistance de la France.

Pour cette raison, la troisième vice-présidente et ministre de la transition écologique, Teresa Ribera, demande à la Commission européenne sa « participation maximale » à ce projet, face aux doutes des voisins français. Les liens entre les États membres ils ne concernent pas seulement les pays individuels, mais la politique européenne, car la réalisation des objectifs communs en dépend», a déclaré Ribera aux médias ce mercredi.

Le ministre a rappelé que la France demande actuellement de l’énergie à ses pays voisins, donc le pays français « est en bonne position pour comprendre que construire l’Europe, c’est cet engagement commun en faveur de la politique de l’énergie et des infrastructures». « Ce sera un débat important dans les mois à venir », a-t-il ajouté.

Ribera s’était déjà positionné la semaine dernière pour lancer ce projet qui, selon lui, devrait avoir un financement de Bruxelles être un « projet européen » pour résoudre le problème énergétique auquel l’UE est confrontée après l’invasion russe de l’Ukraine.

Actuellement, la seule connexion gazière entre l’Espagne et la France est une double gazoduc passant sous la partie ouest des Pyrénées, un à Irun et un dans les Pyrénées de Navarre. Ensemble, ils peuvent à peine exporter 8 000 millions de mètres cubes par an.

Le projet Midcat, qui traverse la Catalogne et se termine à Gérone, devait doubler ce volume d’expéditions, mais a été paralysé en 2019 après avoir investi 440 millions d’euros en raison de ses coûts élevés et de la décision de miser sur les énergies renouvelables. Cependant, depuis le déclenchement de la guerre, les négociations ont repris et l’Espagne a demandé à l’UE de financer la construction d’un peu plus de 200 kilomètres qui restent entre Hostalric (Gérone) et la ville française de Barbaira.

Adrien Richard

"Amateur de café d'une humilité exaspérante. Spécialiste de l'alimentation. Faiseur de troubles passionné. Expert en alcool diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.