Jean-Louis Trintignant avait 91 ans et était une légende du cinéma international

Il est mort chez lui entouré de sa famille. Jean-Louis Trintignant a vécu jusqu’à 91 ans et c’est sa femme Marianne Hoepfner qui a annoncé sa mort. « Il est parti tranquillement à cause de son âge », a-t-il dit. Il était également connu pour avoir eu discrètement un cancer.

Trintignant était l’un des grands noms du cinéma français, avec une carrière réussie sur grand écran et au théâtre. Il est apparu dans plus de 120 films, dont des classiques tels que Z du grec Costa-Gavras ; avec Vittorio Gassman, ils ont réalisé Il sorpasso, réalisé par Dino Rissi ; Avec Anouk Aimée, ils ont joué – en 1966 puis en 1986 – dans Un homme et une femme de Claude Lelouch ; et il a également joué dans le film qui a fait de Brigitte Bardot une star et un mythe mondial, Et Dieu créa la femme, réalisé par Roger Vadim. Ce ne sont qu’une petite fraction des titres qui ont cimenté la carrière de ce qu’on appellera sans doute une légende du cinéma international.

Réunion. Sa dernière apparition sur grand écran remonte à 2019, lorsqu’il a « retrouvé » Anouk Aimée et Claude Lelouch pour tourner Les Plus Belles Années d’une vie. Cela compléterait la trilogie que le réalisateur a composée à partir de A Man and a Woman. Et cette fois de faire la chronique du déclin des protagonistes, unis par la mémoire indélébile qui a marqué leur vie. Si indélébile que même si le personnage de Trintignant est atteint de la maladie d’Alzheimer et se trouve dans une maison de retraite, la seule chose dont il se souvient clairement est la femme jouée par Aimée. Un an avant ce film, l’acteur avait décidé de prendre sa retraite car une tumeur affectait déjà sa santé. « Les premiers jours, j’ai décidé de me battre mais ensuite je suis devenu un peu paresseux », a déclaré Trintignant dans un rapport à l’époque. « Je me suis laissé prendre en charge et j’ai attendu. Je ne me sens plus en sécurité, j’ai toujours besoin de quelqu’un pour me soutenir et surtout je me sens vieux et inutile. »

Mais cette décision et cette déclaration si directe sur sa santé n’ont pas duré longtemps. Alors que même sa famille a cru qu’il restait à la maison, un coup de téléphone l’a fait changer d’avis. Charles Berling, directeur du Théâtre Liberté à Toulon, France, l’a invité et a accepté. – Je suis prêt, répondit Trintignant ; et quelques jours plus tard, il monte sur scène pour – comme souvent dans sa carrière – réciter Jacques Prèvert et aussi pour discuter les vers du poème Le Bateau Ivre d’Arthur Rimbaud.

Une mère spéciale. Jean-Louis Trintignant est né le 9 décembre 1930 à Piolenc (France). Son père était propriétaire d’une petite entreprise, descendant d’une famille de coureurs, membre de la Résistance française et plus tard maire de la ville. Sa mère venait d’un milieu de la classe moyenne inférieure et s’était mariée par arrangement alors qu’elle était amoureuse d’un soldat allemand, ce qui a conduit à des combats constants avec son père. Ce dernier a façonné l’enfance de Trintignant.

Un détail « curieux » de son enfance : Comme sa mère voulait avoir une fille à côté de lui, elle l’obligeait souvent à se déguiser en femme pour assouvir ce désir insatisfait. Dans l’ensemble, l’acteur la décrit comme une « maman passionnée et romantique » et la personne qui l’a finalement encouragé à jouer dans un théâtre local lorsqu’il était enfant.

Trintignant a ensuite étudié le droit et s’est installé à Paris, où il a joué ses premiers rôles au théâtre. En 1955, il passe son premier examen de cinéma et réalise trois films en un an, dont le susmentionné Et Dieu créa la femme avec Brigitte Bardot. Fort de ce succès, Vadim le recrute à nouveau pour Liaisons dangereuses et Trintignant commence le tournage en Italie, à Cinecittá.

Et il ne s’est pas arrêté là : Alain Cavalier, Costa Gavras, Bernardo Bertolucci, Ettore Scola, Alain Robbe Grillet, Claude Lelouch, Claude Chabrol, Eric Rohmer, François Truffaut, Krzysztof Kieslowski et Michael Haneke font partie des réalisateurs avec lesquels il a travaillé.

drame personnel. En privé, le moment le plus tragique a été le meurtre de sa fille Marie, également comédienne, par son compagnon Bertrand Cantat, ancien chanteur de Noir Désir. C’était en 2003 et Cantat et Marie étaient en couple. Elle avait 41 ans et était avec Cantat depuis un an et demi, qui l’a battue à mort dans un hôtel. Un fait qui a choqué la France.

Tu pourrais aussi aimer

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.