Le Grand Prix de France ne fera pas partie du Championnat du monde de Formule 1 2023

Ce n’est plus un secret. Stefano Domenicali ne s’en cache pas le Grand Prix de France a été retiré du calendrier la saison prochaine et confirme que le Championnat du Monde de Formule 1 2023 ne se déroulera pas sur le circuit du Castellet. Malgré cela, le responsable de Liberty Media ne cache pas la possibilité qu’à l’avenir l’événement français soit à nouveau organisé, bien qu’il n’en dévoile pas les conditions (la possibilité d’alterner avec un autre GP), pas même l’éventuel circuit , connaissant depuis peu le projet en cours de développement à Nice.

Ce serait ainsi Point et fin de la célébration des quatre éditions depuis le retour de la France au calendrier en 2018 après 18 ans d’absence (auparavant c’était le circuit de Magny-Cours où elle se tenait) et sans avoir réussi la présence d’une équipe française et de deux pilotes de ce pays, Esteban Ocon et, pour faire c’est rentable, Pierre Gasli. Tout cela pimenté en l’occurrence par la polémique que les routes d’accès au Circuit Paul Ricard et les énormes embouteillages qui sont générés pendant le week-end du Grand Prix ont toujours générés.

Nous discutons avec la fédération française et avec le gouvernement car l’avenir est de plus en plus lié aux porteurs de projets qui y voient un investissement pour le pays. Par conséquent, les discussions sont grandes ouvertes pour un avenir radieux. Et comme vous le savez, une solution pourrait être de proposer une sorte de proposition de rotation qui permette à chacun de faire partie de l’horaire. Parce que je pense que c’est une question de respect Stephen Domenicali

Un autre des circuits qui doivent être très attentifs va être précis Spa Francorchamps, qui n’est pour l’instant pas au programme de 2023, avec un calendrier qui ne dépassera pas 24 courses. Tout l’indique Le chemin de fer des Ardennes est la première réserve de la listetandis que la Chine, Kyalami, Las Vegas ou le Qatar envisagent de faire partie du programme en raison de leurs contrats.

Surtout la course de Shanghai ou l’événement sud-africain sont ceux qui peuvent ouvrir la porte à la course belge car les deux options continuent de soulever des doutes. Liberty Media veut encore repousser les limites du Championnat du monde de Formule 1 et créer un calendrier plus global après le passage du moment le plus difficile de la pandémie : « Nous voulons trouver le juste équilibre, avec au moins un tiers en Europe, un tiers en Extrême-Orient et l’autre en Amérique et au Moyen-Orient. Nous voulons une course en Afrique, nous clarifierons cette situation dans les prochains jours“.

Comme vous pouvez l’imaginer, je ne peux pas dire grand-chose à ce sujet car il est respectueux de discuter et de formaliser avec la FIA via le Conseil mondial du sport automobile. Vous n’avez jamais rien vu de ma part disant que la Belgique sera la dernière année. Bien sûr on parle d’un business où l’investissement, l’apport économique, est très important, mais on a toujours dit que les carrières traditionnelles, les carrières qu’on connaît, ne peuvent pas rapporter l’argent que les autres rapportent ont tout notre respect. Ensuite, vous verrez que cela ne sera pas seulement observé cette année, mais aussi à l’avenir. Les pourparlers se poursuivent avec la Belgique Stephen Domenicali

À propos | AUTOHebdo

Zacharie Morel

"Fanatique invétéré des réseaux sociaux. Sujet à des crises d'apathie. Créateur. Penseur. Gourou du web dévoué. Passionné de culture pop. Résolveur de problèmes."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.