Le revers électoral n’affecte pas la réputation internationale de Macron

PARIS (AP) – Emmanuel Macron s’est peut-être essoufflé en France après un récent revers électoral, mais il reste l’une des personnalités les plus en vue de la politique internationale et cela ne devrait pas changer.

Les alliés de la France ont suivi de près les élections de dimanche, au cours desquelles la coalition de Macron a remporté plus de sièges que toute autre mais a perdu la majorité à l’Assemblée nationale.

Le résultat du vote rendra la vie difficile à Macron et l’empêchera de faire avancer son programme, y compris les réformes des retraites et les réductions d’impôts. Cependant, cela ne devrait pas affecter ses initiatives sur la scène internationale, du moins à court terme.

Depuis que la Russie a envahi l’Ukraine le 24 février, Macron a été à l’épicentre des efforts diplomatiques entourant cette guerre. Malgré un tournant historique dans la politique française et une polarisation croissante, les experts pensent que cela ne changera pas.

« Il y aura un contraste plus visible entre les pressions auxquelles il sera confronté chez lui et la liberté dont il jouira à l’international », a déclaré Laurie Dundon du European Leadership Network.

Macron, qui est à Bruxelles pour un sommet du Conseil européen de deux jours, prévoit de se rendre en Allemagne ce week-end pour une réunion du Groupe des Sept, puis en Espagne pour un sommet de l’OTAN prévu la semaine prochaine.

« Je pense que l’Europe a un rôle de leadership », a déclaré Macron vendredi lorsqu’on lui a demandé si le résultat du vote affecterait sa projection internationale. Macron a ajouté que plusieurs pays européens sont dirigés par des coalitions qui n’ont pas de majorité parlementaire.

« Je ne suis ni contre la complexité politique de nos pays ni contre le leadership européen. Au contraire, je pense qu’ils se renforcent mutuellement. Ils ne font que nous donner plus de travail à faire pour trouver des solutions, a-t-il déclaré.

Le président français a beaucoup d’influence dans la politique étrangère et les affaires européennes. Il est également commandant en chef des armées françaises.

La France a fourni une aide financière et militaire abondante à l’Ukraine après l’invasion russe. Il a également envoyé des soldats pour renforcer les défenses de l’Europe de l’Est.

Pendant la campagne présidentielle, la popularité de Macron a augmenté pour ses efforts pour mettre fin à la guerre. Il a promu une position plus dure à Moscou tout en maintenant un canal de communication avec le président russe Vladimir Poutine et en maintenant des contacts réguliers avec le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy.

Macron, qui a battu la candidate d’extrême droite Marine Le Pen au second tour en avril, s’est rendu à Kyiv ce mois-ci avec d’autres dirigeants européens.

Selon les sondages, le soutien à l’Ukraine est largement répandu en France et l’opposition n’ose pas le critiquer.

« La politique étrangère n’est pas un domaine dans lequel Le Pen ou (le dirigeant de gauche Jean-Luc) Mélechon veulent se pencher alors qu’il y a tant de problèmes internes à remettre en question par Macron », a déclaré Dundon.

« Aucun d’entre nous ne veut traiter de la question complexe de la Russie et de l’Ukraine », a-t-il ajouté.

Élu pour la première fois en 2017, Macron n’a pas caché sa volonté de jouer un rôle de premier plan dans la diplomatie internationale. Et sa réélection en avril a renforcé sa position de leader international.

Les grands pouvoirs de la présidence française sont un héritage du général Charles de Gaulle et de son désir de créer un système politique stable à partir de la Ve République, qu’il a fondée en 1958 après une série de gouvernements courts et inefficaces après la Seconde Guerre mondiale.

Le président représente le pays à l’étranger et rencontre les chefs d’État étrangers. Le premier ministre nommé par le président est celui qui traite avec le parlement.

Le pouvoir de l’Assemblée nationale sur la politique étrangère de la présidence est négligeable, bien qu’elle contrôle les dépenses du gouvernement.

« Le Parlement n’a pas été invité à donner son avis sur les livraisons d’armes à l’Ukraine ni sur les opérations extérieures de la France, notamment au Sahel, au Moyen-Orient dans le cadre de la coalition anti-EI ou en Afghanistan », a commenté Nicolas Tenzer Center for European Policy Analysis. . ISIS est l’un des noms sous lesquels l’organisation État islamique est connue.

Cependant, il rappelle que le Parlement doit approuver une prolongation de ces opérations au-delà de quatre mois.

Une opposition enhardie, tant de gauche que de droite, pourrait essayer d’utiliser les pouvoirs du Parlement pour forcer un débat. Mais il va de soi que le débat en France continuera à se focaliser sur les enjeux locaux.

___

Surk a rapporté de Nice, France.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.