Les députés discutent des priorités de la présidence française avec Macron | nouvelles

Lors d’un débat à l’hémicycle de Strasbourg, le président Macron a déclaré que les promesses sur lesquelles l’UE s’est construite – démocratie, progrès et paix – étaient menacées et a appelé à un engagement à les « faire revivre ». Il a averti que la fin de l’État de droit est le début de l’autoritarisme et a souligné que l’UE doit convaincre ceux qui se sont éloignés des principes démocratiques par le dialogue.

Macron a assuré que la présidence française accorderait la priorité aux dossiers législatifs visant à améliorer la qualité de l’emploi, à garantir des salaires décents, à réduire l’écart de rémunération entre les sexes, à donner des droits aux travailleurs sur les plateformes numériques, à lutter contre les discriminations et à promouvoir l’équilibre hommes-femmes au travail pour assurer les conseils d’administration. Il a proposé d’inclure le droit à l’avortement dans la Charte européenne des droits fondamentaux. Il a également souligné les défis climatiques, numériques et de sécurité, des domaines où il y a des projets de loi qui doivent être avancés ce semestre.

En matière de défense, le président français a souligné que l’Europe doit être capable d’anticiper les risques et d’assurer sa sécurité. Il a souligné que nous devons résister aux tentatives d’ingérence et de déstabilisation, en particulier de la part de la Russie, et appliquer des sanctions efficaces en cas de violation des règles internationales.

« L’Europe doit devenir une puissance culturelle, démocratique et éducative (…), nous en avons le pouvoir et les moyens », a conclu Macron.

S’exprimant au nom de la Commission, le vice-président Maroš Šefčovič a indiqué que la sécurité européenne était menacée : « Nous sommes prêts à agir si nécessaire ». Comme priorités pour les mois à venir, il a cité le partenariat stratégique avec l’Afrique, les relations avec les pays des Balkans occidentaux et la souveraineté économique et technologique de l’Europe (« Nous ramenons la technologie en Europe »). Se référant au Royaume-Uni, il a déclaré que la Commission ferait preuve de bonne volonté, mais a ajouté que l’Europe avait besoin d’un partenaire qui ferait de même.

En réponse à Macron, la plupart des dirigeants des groupes politiques ont salué les priorités de la France mais ont appelé à mettre davantage l’accent sur d’autres aspects, comme la fin du vote à l’unanimité au Conseil des affaires étrangères – pour répondre de manière décisive au comportement de Vladimir Poutine, entre autres – et la révision de la stabilité et Pacte de croissance. Plusieurs orateurs ont appelé à des progrès dans le respect de l’État de droit en Hongrie et en Pologne et ont critiqué le soutien français à l’inclusion de l’énergie nucléaire dans la récente proposition de taxonomie verte de l’UE.

Revoyez l’intégralité de la discussion.

Vous pouvez également consulter les interventions individuelles en cliquant sur les noms des intervenants ci-dessous :

Président MACRON

Maroš Šefčovič pour la Commission

Mandred WEBER (PPE, Allemagne)

Iratxe GARCIA PEREZ (S&D, Espagne)

Stéphane SEJOURNÉ (Renew, France)

Yannick JADOT (Verts/ALE, France)

Jordan BARDELLA (DI, France)

Raffaele FITTO (ECR, Italie)

Manon AUBRY (La Gauche, France)

Tiziana BEGHIN (non enregistrée, Italie)

Réponses du Président MACRON

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.