L’ONU met en garde contre un « coup mortel » porté à l’accord sur le nucléaire iranien

Photo d’archive : AFP.

L’Iran supprime 27 caméras de surveillance dans les installations nucléaires dans Répondant à une résolution critiquant leur manque de coopération dans la réduction de l’enrichissement d’uraniuma déclaré l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui a averti que cette décision pourrait être un « coup mortel » pour les négociations en vue d’un accord sur son programme nucléaire.

« Ce qu’on nous a dit, c’est que 27 caméras seront supprimées en Iran. Bien sûr, cela vous vomit sérieux défi à notre capacité de continuer à travailler là-bas‘ a-t-il assuré Directeur général de l’Agence des Nations Unies pour l’énergie atomiquela L’argentin Rafael Grossilors d’une conférence de presse au siège de l’agence à Vienne.

Le pays asiatique a annoncé avoir fermé certaines des caméras, sans en préciser le nombre, pour protester contre le vote du Conseil des gouverneurs de l’AIEA sur une résolution critiquant Téhéran pour son « manque de coopération ».

Condamnant la résolution déposée par les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne, etLe ministère iranien des Affaires étrangères a qualifié la résolution d' »action politique, non constructive et incorrecte »..

Cette critique adressée à l’Iran, la première depuis juin 2020, a été endossée mercredi par 30 des 35 membres du conseil d’administration de l’AIEA. Seules la Russie et la Chine ont voté contre, tandis que l’Inde, la Libye et le Pakistan se sont abstenus, a rapporté l’agence de presse AFP.

La résolution a été adoptée après que l’AIEA, basée à Vienne, a fait part de ses inquiétudes concernant les restes d’uranium enrichi trouvés dans trois centrales nucléaires non déclarées en Iran.

En plus de désactiver les caméras, L’Iran a informé l’AIEA de « l’installation de centrifugeuses avancées » sur le site de Natanz (au milieu), ce qui augmente significativement la capacité d’enrichissement d’uranium.

L’AIEA, chargée de vérifier le caractère pacifique du programme nucléaire iranien, peut poursuivre les inspections et dispose d’autres outils, mais la réponse de Téhéran conduit à « moins de transparence et plus de doutes », a déclaré Grossi.

« Cela signifie-t-il que nous arrivons à la fin de la course ? J’espère que non », a-t-il ajouté, exhortant l’Iran à reprendre le dialogue une fois que « les sentiments se seront un peu calmés ».

Les perspectives d’avenir

Si le blocus continue « dans trois ou quatre semaines », l’AIEA ne sera pas en mesure de fournir les informations nécessaires pour surveiller le programme nucléaire iranien, a déclaré le diplomate argentin.

Cela, a-t-il estimé, portera un « coup mortel » à l’accord de 2015, qui prévoyait des limitations des activités nucléaires en échange d’une réduction des sanctions internationales.

Ce Le pacte nucléaire signé par le G5+1 (États-Unis, Russie, Chine, France et Royaume-Uni + Allemagne) a limité le programme nucléaire iranien en échange de la levée des sanctions sur l’économie iranien, mais en 2018 le président américain de l’époque, Donald Trump l’a quitté et réimposé des sanctions à la République islamique.

Un an plus tard, après que Téhéran a tenté de surmonter les obstacles, également avec la médiation de l’Union européenne, il a réactivé son plan nucléaire, qui, selon lui, sera utilisé à des fins pacifiques et pour la médecine et l’agriculture.

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.