Macron recevra une décision au premier tour de la législature




Au président français, Emmanuel Macron, les choses se compliquent après le premier tour des élections législatives. L’actuelle majorité de ses partisans à l’Assemblée nationale est menacée par la montée de la gauche Jean Luc Mélenchontandis que l’extrême droite de Marine LePen Il parvient à fonder son propre groupe.

Le résultat peut être compris comme un avertissement au président. Son projet politique devra prouver sa solidité une fois que les deux grands partis traditionnels, le Parti socialiste (PS) et les Républicains (néo-gaullistes), sembleront voués à disparaître.

touche d’attention pour Macron

L’Ensemble Coalition ! Macron a obtenu 25,75 %, tandis que la Nouvelle Union populaire écologiste et sociale (Nupes) de Mélenchon a obtenu une égalité technique avec 25,66 %. L’Association nationale de Le Pen occupe la troisième place avec 19 %.

« Regarder vers l’avenir est un signal d’alarme assez clair.« Il pense dans des déclarations à RTVE.es, Fernando Vallespin, professeur de sciences politiques à l’Université autonome de Madrid (UAM). Vallespín pense que le parti de Macron l’emportera au second tour, ajoutant la voix de ceux qui tentent d’empêcher la coexistence avec un gouvernement NUPES. S’il perd la majorité absolue, il peut demander le soutien des députés néo-gaullistes.

« Regarder vers l’avenir est un signal d’alarme assez clair.« 

« Votre parti a donné tout ce qu’il pouvait – réfléchit Vallespín – il n’aura d’autre choix que de se définir. Jusqu’à présent, c’est une formation très personnelle, et Il doit se demander s’il va mourir avec le Führer ou rester un parti progressiste du centrepour éviter un affrontement entre deux opposés polarisés, la gauche et la droite populistes ».

« La majorité absolue de Macron n’est nullement assuréeLa montée des forces de gauche présage un huitième de finale compliqué – pense-t-il pour sa part Gemma Ubassart, professeur de sciences politiques à l’Université de Gérone (UdG). Ubasart estime que le législateur confirmera cette trois propositions politiques qui existent actuellement en France et qu’ils se sont inscrits pour les élections présidentielles.

« La majorité absolue de Macron n’est nullement assurée« 

« Le premier, symbolisé par Macron, c’est un peu le même, un projet social-libéral inscrit dans la logique de la mondialisation néolibérale ; le second, mené par Le Pen, est une sorte d’autoritarisme dans la démocratie libérale elle-même ; et le troisième, celui de Mélenchon, qui appelle à un nouveau pacte social, cette idée du Green New Deal. Le jeu est là », explique-t-il.

José Maria Peredo, professeur de politique internationale à l’Université européenne (UE), ne voit pas le résultat aussi mauvais pour le macronisme. « La formation du gouvernement s’est consolidée – dit-il dans une interview à RTVE.es – elle a reçu un soutien important en termes de pourcentage, des secteurs les plus ciblés, européens, de centre-gauche et de centre-droit. »

Peredo pense que le résultat final d’Esemble! il sera important de mobiliser les suffrages indécis et le secteur le plus conservateur au second tour.

Mélenchon réussit à agglutiner à gauche

Si l’actuel président a quelque chose à craindre, Mélenchon peut se réjouir des résultats. Ce petit-fils d’Espagnols était sur le point de concurrencer Macron à l’élection présidentielle, mais voilà que son projet politique NUPES, qui regroupe cinq partis (dont le PS), a obtenu une égalité technique. Mélenchon affirme qu’il peut encore atteindre son objectif de former et d’imposer un gouvernement Vivre ensemblec’est ce qu’on appelle en France la coexistence entre un gouvernement et un président d’orientations politiques différentes.

Ubasart le souligne Mélenchon a déjà atteint son objectif principal de diriger l’opposition contre Macrongrâce à deux variables : « la capacité à toucher un sujet large et à démultiplier l’espace politique ; et l’exigence d’un nouveau pacte socialde la reconstruction de l’État-providence aux coordonnées du XXIe siècle ».

« En quatre ans, Mélenchon est passé d’une figure marginale à une figure centrale de la politique française», reconnaît José María Peredo, qui souligne qu’il savait «unir les voix de la gauchequi n’a jamais cessé mais qui s’est divisé », et rappelle que François Mitterrand a fait la même chose dans les années 1980.

« En quatre ans, Mélenchon est passé d’une figure marginale à une figure centrale de la politique française« 

« S’il y avait coexistence, ce devrait être avec les éléments les plus réalisables et les plus compatibles avec la présidence de Macron – prévient le professeur de l’UE – s’il était aberrant, il faudrait voir dans quelle situation il se trouve. »

Vallespín attribue le succès de NUPES à «De grands pans de la société française se sentent malinitialement en raison de la direction générale de Macron, mais aussi en raison des problèmes survenus ces derniers mois, principalement l’inflation et les problèmes économiques, et les craintes de certaines réformes, comme le PIB aux dépenses publiques, il existe une tradition de maintien des niveaux de dépenses, que le pays n’a peut-être plus les moyens de se le permettre compte tenu de la situation économique actuelle », ajoute-t-il.

Les partis traditionnels continuent de décliner et l’extrême droite perd de l’importance

En l’absence de connaissance des résultats finaux, il semble clair que le nouveau L’Assemblée nationale sera très différente de la précédente. Tout d’abord, ni le PS ni les néo-gaullistes, représentés par les Républicains, ne joueront le rôle moteur qu’ils avaient traditionnellement sous la Ve République. Alors que le PS a été intégré à la NUPES, les Républicains sont sur le point de perdre la moitié de leurs sièges. Les deux formations ont également souffert d’une crise de leadership à la suite de mauvais résultats à l’élection présidentielle.

« La France est très structurée dans son orientation de vote et s’est encore clarifiée ces dernières années – explique José María Peredo – Les partis traditionnels se sont détériorés et le vote a été beaucoup clarifié dans différents processus électoraux, mais cela a aussi conduit à une dispersion du vote ».

Le professeur de l’UE en est convaincu les forces traditionnelles « ne sont pas fermées, mais entrent dans un phénomène de nécessité de coalition et de recevoir d’autres idées et propositions d’une société plus diversifiée. » « Aujourd’hui, il est difficile de comprendre la politique française sans Macron, mais il est déjà possible de la comprendre sans les Républicains », résume-t-il.

« Il est prématuré de dire que les forces traditionnelles vont disparaître – Gemma Ubasart est d’accord – La scène politique française est complexe et a des niveaux territoriaux différents, les partis historiques conservent des espaces de pouvoir communal mais dans la lutte nationale ils sont fortement réduits ».

Malgré les piètres résultats, les néo-gaulistes peuvent se relancer politiquement quand Macron a besoin de vos voix pour former un gouvernement approprié.

D’autre part, l’Association nationale de Le Pen, à l’extrême droite, omet Eric Zemmour et obtient sa propre faction, mais ne jouera aucun rôle dans la formation de l’exécutif. « Ils ont un problème d’implantation territoriale – souligne le professeur UdG – « Quand ils passent de la présidence à la législature, où 577 députés dans de petites circonscriptions sont en jeu, Le Pen ne valide pas leurs résultats ».

L’abstention, une tendance inquiétante

Le grand gagnant des élections était en fait l’abstention battu des records et dépassé 52%. Cela signifie que vous avez élu moins de la moitié des Français ayant le droit de le faire. Cela semble être une tendance car à l’élection présidentielle l’abstention était de 28%, la valeur la plus élevée en 50 ans.

Le professeur de l’UE attribue cela à la lassitude des électeurs après les élections présidentielles, qui se sont également tenues dans le même cadre discursif que Macron a poussé : celui d’un président centriste confronté à l’extrémisme. Par ailleurs, Peredo estime que « le populisme a pu atteindre le plafond » mais doit être vérifié au second tour.

Pour Fernando Vallespín, la raison est plus profonde, et c’est de cela qu’il s’agit « Crise d’approvisionnement, crise de représentation», ce qui est commun à tous les systèmes démocratiques, mais cela se « voit bien » en France : « Il y a des insatisfactions sur les options données au vote, les gens choisissent le moindre mal. Cette France n’a rien à voir avec la France d’il y a 15 ans. Cette crise d’approvisionnement se manifeste dans le vote », explique-t-il.

Gemma Ubasart estime également que le taux d’abstention élevé est « un fait à prendre en compte ». « Identifie une tendance de fond qui Une partie des citoyens ne se sent pas interpellée par les affaires publiqueset ce secteur, cette insatisfaction, augmente ».

Les électeurs français auront une nouvelle occasion de manifester dimanche prochain lors du second tour des élections législatives qui décideront cette fois à quoi ressemblera la nouvelle Assemblée nationale.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *