Roland Garros 2022 : Rafa Nadal vs Novak Djokovic, la finale au pays des pars

Chapitre 59 de la plus grande rivalité de l’histoirequi a pour protagoniste Rafael Nadal et Novak Djokovica été joué la veille avec les rencontres, ce qui peut également affecter le résultat du match.

Avec le froid et l’humidité de la séance nocturne, les effets de l’espagnol sur le sable se dilue. Nadal avait déclaré il y a six jours qu’il n’aimait pas les « séances nocturnes sur terre battue ».

Face à l’éventualité que le quart se joue avec Djokovic sous les projecteurs, il a répété dimanche qu’il préférait le soleil.dans ce qui pourrait être mon dernier match à Roland Garros« .

Amélie Mauresmo, la nouvelle directrice de l’événement, a annulé une conférence de presse pour éviter d’être interrogée sur l’ordre de jeu mardi.

En attendant, Carlo Alcaraz Il a noté qu’il avait joué ses deux derniers engagements nocturnes avec Sebastian Korda et Karen Khachanov. Un troisième a semblé exagéré : « Je ne pense pas que ce soit juste, on va dire quelque chose ici. J’ai joué deux fois à l’équipe de nuit. Je ne dis pas que ça ne me dérange pas de jouer, mais tu as moins de temps pour te reposer et tout se termine très tard. : Dîner, Physio… On ne se repose pas seulement avec de l’adrénaline ».

En effet, Alcaraz a décidé de ne pas s’entraîner hier avant d’affronter Alexander Zverev pour la quatrième fois de sa carrière. Lundi après-midi, le mystère a été révélé dans lequel les télévisions détenant les droits de l’Open ont joué un rôle crucial.

première vidéo, diffusé depuis la Star Party de la Night SessionIl avait promis d’ouvrir le duel Nadal-Djokovic. Il n’y a plus eu de discussion.

La décision des officiels du tournoi n’était pas ce que voulait le 21 champion majeur, ni ce que son équipe voulait. Ils l’ont découvert en fin de pratique au complexe Jean Bouin.

Karl Moy, entraîneur du numéro un espagnol, a donné sa version. « Je ne dirais pas que c’est irrespectueux. Ici, à Roland Garros, Rafa est à crédit, il a gagné treize fois le tournoi et s’il a une demande, qu’ils écoutent‘ a confirmé l’entraîneur majorquin à la radio française RMC Sport. « Rafa fait partie de l’histoire de Roland Garros, on sait qu’il n’y a personne de plus grand que le Grand Chelem. En fin de compte, c’est un problème commercial et nous le comprenons », a-t-il ajouté.

Nadal et Djokovic se sont longtemps marqués de près car la course pour le meilleur de tous les temps a été réduite à deux en raison de la blessure au genou de Roger Federer. Lundi également, ils se sont entraînés côte à côte, comme s’il ne s’agissait pas d’un match qui sonne comme une fin prématurée pour eux.

Tu supportes la pression

« A Roland Garros, le favori doit toujours être Nadal à cause de ce qu’il a gagné ici », explique Nole. « Le favori, c’est Novak. Je compare ça à ma situation en 2015, où il était aussi plus favori que moi », conclut l’entraîneur. Rafa fait référence à la crise d’anxiété qu’il a eue il y a sept saisons. Il a cédé sa place à son grand adversaire en trois sets.

Le Baléare vit des maux de son pied gauche, dont il souffre depuis 2005 avec la maladie baptisée Müller-Weiss, une blessure dégénérative qui fragilise l’os et l’articulation talus-scaphoïde. ne t’écarte pas de lui son médecin de confiance, Ángel Ruiz Cotorro.

Nadal a perdu deux sets et quatre heures et 21 minutes face à Félix Auger-Aliassime en huitièmes de finale. Le joueur primé, qui sera de l’autre côté du filet, est resté sur le terrain deux heures de moins.

La dernière fois que le roi de la terre a épuisé ses manches sur les pentes du Bois de Boulogne, c’était justement avec Djokovic en demi-finale 2013.

Le temps nous dira si c’est le dernier classique entre les deux géants de la raquette. La réalité est que le temps passe vite. Les Balkans ont eu 35 ans le jour où cette édition de France Internationals a débuté.

Nadal pourrait souffler les bougies à Paris s’il se rend en demi-finale. Dans son cas, il atteint 36 ressorts. Le Serbe a précisé qu’il continuerait à jouer aussi longtemps que l’Espagnol.

Il n’y a pas de substitut à Novak en Serbie. Arrivé en Espagne comme un tourbillon, Alcaraz, le meilleur du circuit gravel avec 14 victoires consécutives, vise aujourd’hui sa première grande demi-finale.

Alcaraz, le relais

Le premier précédent entre Nadal et Djokovic était dans le pays de Paris, 2006, également en quart de finale. Après 16 saisons, ils continuent de gagner et de se faire la guerre. Au milieu d’une génération perdue émerge la fraîcheur de Carlitos, qui pourrait être dimanche le plus jeune champion depuis son idole Rafa en 2005.

La dernière fois qu’il a affronté Zverev, il l’a battu en finale du Mutua Madrid Open. Le Teutn vient d’ajouter quatre matchs. Sascha, qui a signé les demi-finales en 2021, a sur son banc le capitaine espagnol Sergi Bruguera.

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.