Sofía Petro, fille de Gustavo Petro, menacée lors d’une grève armée – Actualité électorale – Elections 2022

Sofia Petro Alcocer, fille de Gustavo Petro et Verónica Alcocer, étudie les sciences sociales et politiques en France. Elle développe actuellement un projet avec des femmes leaders dans différentes régions du pays et a suivi la campagne politique de son père dans les coulisses.

(Nous recommandons : Antonio Navarro : Petro a l’intelligence pour faire le changement)

Parlez-nous un peu de vous et de ce que vous faites en ce moment…

Je m’appelle Sofia, j’ai 20 ans. Je suis actuellement en stage dans mon université. J’étudie en France, un mélange de sciences sociales et politiques, c’est une carrière très large. J’adore jouer de la batterie, j’adore danser, je dirige un projet appelé Apprenez à les connaître, interviewant des dirigeants communautaires et j’ai rencontré des femmes merveilleuses au cours de ces mois qui m’ont beaucoup appris.

Vous avez déjà vécu d’autres campagnes politiques, qu’est-ce qui a retenu votre attention à cette occasion ?

Nous sommes dans un scénario complètement différent car nous sommes maintenant dans un deuxième tour où il y a deux candidats qui sont en quelque sorte différents des candidats d’il y a 4 ans. Autant mon père est celui qui repart au second tour, autant j’ai l’impression qu’il a mûri et j’ai l’impression que la discussion a changé parce que l’alternative n’est pas seulement l’uribisme, c’est quelque chose, qu’à mon avis la démocratie, les institutions, la politique elle-même, en fait. La façon de faire de la politique, de communiquer, de toucher les gens a beaucoup changé, tout cela a changé en 4 ans et c’est totalement différent.

(Lire aussi : Gustavo Petro assure qu’il ne dépossédera pas s’il est élu président)

Par exemple?

Il ne fait aucun doute que le thème des réseaux sociaux joue déjà un rôle fondamental dans chaque campagne électorale politique. C’était comme ça il y a quatre ans, mais cette fois ils sont centraux, fondamentaux. Et c’est un thème que vous voyez dans la communication politique, qui est que tout est rapide, tout est court et tout est simple. Donc la question est, est-ce que c’est peut-être un risque pour la politique, pour la démocratie, que les gens décident par des messages rapides et faciles, la politique peut-elle vraiment être rapide et facile ? Je pense que non, je pense qu’il faut aller plus loin. C’est un outil, il ne faut pas non plus diaboliser les réseaux sociaux. Ça peut être un outil, mais ça ne peut pas être de la politique. Je ne pense pas que la politique ne puisse se faire qu’à travers les réseaux sociaux.

Quel a été le moment le plus compliqué de cette saison électorale ?

Il y a 3 ou 4 semaines, le sujet des menaces a commencé. Ou bien, ça n’a pas commencé, les menaces étaient toujours là, mais elles semblaient plus latentes, plus fortes. J’ai le sentiment que c’était un moment très difficile, qui coïncidait aussi avec le moment de la grève armée. Ce fut un moment très fort de la campagne. C’est une peur quand on est en politique. Je pense que c’était le moment le plus difficile de cette campagne et c’est pourquoi la Colombie a besoin d’un changement. On ne peut pas continuer comme ça.

Cela vous est-il déjà arrivé?

Je pense que dans la campagne d’il y a quatre ans, il n’y avait pas un moment où ils devaient dire « on n’y va pas parce que la police ne nous accompagnera pas » alors qu’il y a un gros risque. Je pense avec l’exemple de mon père disant ce qu’il pense des choses qui peuvent arriver. Bien que ce soit une période très intense, je pense que la période de 2000 à 2005 a été encore plus difficile. Il a été mis sur écoute, est intervenu, a été suivi jusqu’à ce qu’il ait dû quitter le pays car des paramilitaires attendaient sur le pas de la porte. Alors si à ce moment-là il n’a pas eu peur de passer à autre chose, il faut continuer d’essayer, dire ce que l’on pense et qu’un jour personne n’aura peur de dire les choses.

(Nous proposons également : Gustavo Petro et sa proposition d’amélioration des forces armées)

Vous étiez derrière la caméra lors des débats du premier tour, comment avez-vous vécu ce scénario de discussion ?

Les débats me semblent être un espace fondamental. Il y a eu des débats meilleurs que d’autres, mais selon la manière dont un débat est mené, il remplit son objectif initial d’informer les citoyens et cela me paraît essentiel, il est enrichissant et important pour les électeurs de les écouter. Il est vrai que les débats sont également utilisés pour des stratégies de campagne électorale, ce qui peut souvent conduire à la désinformation et ainsi le débat perd son objectif initial d’information. Cela dépend aussi de la façon dont le débat est modéré, cela peut l’amener à devenir une autre émission et ce n’est pas la question.

Que pensez-vous qu’il n’y aura plus de débats pour le second tour ?

Mauvais parce que je pense que la meilleure façon est d’affronter deux idées de front. Et que les personnes qui n’ont pas décidé peuvent choisir. Il est assez injuste de ne pas permettre le débat.

Élaboration POLITIQUE

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.