« As Bestas »: C’est le grand « thriller » qui a amené Rodrigo Sorogoyen à Cannes – CINEMABLEND

Le film spectaculaire, tourné à El Bierzo et en Galice, montre comment une idylle rurale peut être extrêmement hostile. Il s’agit d’amour et d’appartenance à la terre et du conflit entre prendre soin de l’environnement et survivre sur une terre pauvre.

La première scène brutale de As Bestasdans lequel la caméra au milieu des chevaux sauvages du rituel de Rapa Das Bestaest en fait une métaphore de ce que le grand Thriller en francais de Rodrigo Sorogoyen, dont la première a lieu à Cannes, offre au spectateur tout au long du film. Mais au-delà, cela nous fait nous poser cette question qui parcourt inévitablement tout le film Qui sont les bêtes de toute façon?

La proposition du réalisateur équipement de protection et vainqueur du Goya pour Le Royaume compte beaucoup de choses dans un seul film. Et il nous invite à réfléchir, comme l’a fait Carla Simón Alcaras, sur notre rapport à la terre. Les nôtres ou ceux dont on veut s’occuper. et nous parle le conflit entre survivre dans un environnement appauvri, ou combien il peut être difficile de le protéger, et le prix élevé qui doit être payé pour y parvenir. SensaCine a eu la chance de discuter avec le réalisateur avant la fin du film et de voir certaines de ses premières scènes montées. Et Sorogoyen a expliqué que ce film avait été écrit bien avant le tournage Le Royaume.

‘Rapa’ : Quel est le ‘Rapa das Bestas’ avec des chevaux sauvages qui donne le titre à la nouvelle série de Javier Cámara ?

As Bestas met en scène un casting exceptionnel composé de Marina Foïs, Denis Ménochet, Luis Zahera et Diego Anido. Dans le film, ils ont également intégré l’excellent travail d’acteurs galiciens non professionnels qui ont rejoint l’équipe. Il raconte l’histoire d’un couple français qui a l’intention de sauver un cadre rural et naturel de l’extinction dans une ville semi-abandonnée, mais ils se retrouvent face à face avec les voisins locaux.qui préfèrent autoriser l’installation de moulins sur leur territoire afin d’obtenir un meilleur rendement malgré les coûts environnementaux impliqués.

« Il y a plusieurs thèmes dedans, mais l’un des plus importants était le pays, la patrie, qui peut être vue d’un endroit qui a plus de droits sur le pays… Parce que vivre au fond des zones rurales, soi-disant idylliques, ce n’est pas si simple, et il y a des milliers de conflits, et nous voulions en quelque sorte capturer cela », explique le réalisateur.


Lucy Faraïg

Le réalisateur Rodrigo Sorogoyen sur le tournage de l’une des scènes les plus tendues du film avec ses protagonistes

Le film a eu un tournage compliqué car il était guidé de manière narrative par les différentes saisons, ce qui les a obligés à planifier plusieurs tournages et après une longue recherche, ils ont trouvé le lieu idéal. « C’est un film galicien, mais le tournage a eu lieu à El Bierzo, à Villafranca del Bierzo, à León, où nous avons trouvé le village qui avait toutes les caractéristiques tourner pour la production et esthétiquement, même si cela devait être une histoire galicienne dès le départ », explique Sorogoyen.

Cette partie des protagonistes est un couple français a également une signification historique. « Nous voulions qu’ils soient étrangers en Espagne parce que nous pensions que c’était bien qu’ils aient dû apprendre une langue pour s’installer ici et qu’ils étaient européens, à qui nous attribuons toujours une certaine supériorité morale, avait sa justification. Pour un Espagnol, la France est tellement admirable qu’on la regarde même avec un certain mépris, ça faisait du bien de montrer aux Français qu’il vient ici pour nous toucher… les couilles », s’amuse-t-il.


Lucy Faraïg

Denis Menochet avec Rodrigo Sorogoyen sur le tournage de « As Bestas »

Ils disent que lorsqu’ils ont commencé à se documenter dans les villes voisines, ils ont été choqués par la réalité. « Les gens sont très en colère parce qu’il y a un conflit constant entre reconstruire et entretenir, faire revenir les gens et comment rendre le pays viable », explique le réalisateur.. Le déclencheur de l’histoire est venu de la co-auteure Isabel Peña, comme l’explique Rodrigo Sorogoyen :

« Le petit ami d’Isabel est galicien et nous étions très conscients de la contradiction de l’affaire, nous avons donc créé le scénario, qui nous documente avec un mélange d’actualités, d’événements et une impulsion de ce que c’est que d’être un étranger dans un pays raconte comment être celui-ci, comment ils l’accueillent, comment il peut se sentir appartenir à ce pays et s’en soucier plus que n’importe quel local, des gens qui quittent tout en France et vont dans un village de Galice pour essayer à nouveau, restant fidèles à leurs principes mais se heurtant à la réalité « , conclut le réalisateur.

En apprenant que son film serait présenté en première à Cannes, le réalisateur a envoyé une déclaration aux médias indiquant qu’il était très excité : « Ce film parle d’amour, d’amour pour le pays et d’amour pour les gens qui l’habitent. J’espère que vous trouverez cela aussi excitant que cela l’a été pour nous de le faire., confirme Rodrigo Sorogoyen. Ajoutant les producteurs, « Nous voulions faire des films qui seraient mémorables et nous pensons qu’As Bestas en fait partie. »

Le film sera présenté en première sélection officielle à Cannes lors du prochain Festival international du film de Cannes et sortira dans les salles espagnoles à l’automne prochain. Produit par ARCADIA MOTION PICTURES, CABALLO FILMS et CRONOS ENTERTAINMENT en coproduction avec LE PACTE, avec la participation de RTVE, Movistar+, Canal+ et Cine+, le soutien d’Eurimages et le financement d’ICAA, ICEC et CAM, As Bestas sera présenté en Espagne le Distributeur A Contra Corriente.

Si vous souhaitez recevoir des nouvelles et des mises à jour par e-mail, abonnez-vous à notre newsletter

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.