contre la démission

Par Manuel Monero

Yolanda Díaz, deuxième vice-présidente de l’Espagne.

Le fait le plus important est la distance profonde entre le moment historique – ses dilemmes et problèmes dramatiques – et les analyses, propositions et stratégies de la gauche qui existent réellement dans notre pays. La gravité et la nouveauté radicale des enjeux ne sont pas assumées. Des réponses anciennes sont données (en fait des formes renouvelées de libéralisme social bourré de keynésianisme pour passer par la maison) à des situations qui définissent une rupture, une discontinuité radicale, et qui nécessitent des changements fondamentaux dans ce qui se fait, comment cela se fait et avant tout , où vas-tu et avec qui ?

Nous sommes dans un temps exceptionnel, une crise de toute une époque historique et, c’est la grande nouveauté, de civilisation. Pendant ce temps, Yolanda Díaz nous dit qu’elle ne se rendra pas aux élections locales et régionales et que l’opération Sumar aura lieu aux élections générales. Des nouvelles inquiétantes de conflit et de rupture sont reçues par UP dans ce qui semble être une deuxième édition élargie de la triste expérience andalouse. Ce découplage des grands problèmes ne se fait pas par hasard dans le cadre d’un gouvernement qui est un élément crucial du problème et ne sera guère un élément crucial des solutions.

Pendant ce temps, les organisations de base et les militants sociaux regardent avec une grande inquiétude les scénarios dessinés au début du cours ; prendre note car c’est l’extrême droite qui gagne progressivement les gouvernements de la moitié de l’Europe et comment le cadre est installé en Espagne que le PP plus Vox remportera les prochaines élections.

Sumar semble se construire en parallèle avec la création des listes municipales et régionales et sur la mobilisation sociale prévisible contre les conséquences d’une crise énergétique/économique qui approche à grands pas. Tout ça, j’insiste avec United We Can au gouvernement tentant d’atténuer les effets d’une série de mesures décidées par l’OTAN et mises en œuvre par l’Union européenne.

Il y a une contradiction difficile à surmonter : De grandes ou petites mobilisations sociales sont menées contre les choix économiques, énergétiques, sociaux et politico-militaires promus, consentis et légitimés par le gouvernement espagnol.

C’est le moins que l’on puisse dire Il y a une déconnexion apparente entre le processus fondateur de Sumar et le cycle politico-social et électoral. Se concentrer sur l’écoute et la discussion au milieu des conflits sociaux et en dehors des élections locales et régionales, c’est renoncer à une intervention politique efficace et attendre que la réalité se rapproche et coïncide avec les plans et les calculs d’un appareil politique électoral.

Croire qu’une nouvelle formation politique peut se construire avec la volonté de la majorité sur l’éventuel échec des élections locales et régionales, c’est jouer le vide dans la dure loterie de l’histoire.

Que font ceux d’entre nous qui doivent se rendre aux élections régionales et locales, oui ou oui ? Un transit difficile de 8 mois qui est un monde en des temps exceptionnels. Le vieux Santiago Carrillo citait souvent une phrase de Lénine qui disait plus ou moins que l’interprétation et l’action dans des situations historiques étaient l’une des clés de la politique révolutionnaire : Tout ce qui a été construit au fil des années ou des années peut être perdu en peu de temps. faire un saut qualitatif et avancer politiquement et organiquement.

L’expérience ultérieure de l’ancien secrétaire général du PCE lui a amèrement donné raison. Le cadre est dramatique, c’est le moins qu’on puisse dire : Yolanda écoute, et ceux qui rendent son projet possible se disputent les listes ou se replient chez eux, en attendant un nouvel échec. Le paradoxe est qu’un vote utile favorisera le PSOE, mais il ne suffira pas à empêcher la droite de triompher.

Vous devez sortir de cette boucle négative, et vite. Je ne suis pas naïf. Si la gauche organisée ne s’unit pas, il n’y aura pas de projet alternatif et elle risque de disparaître. Regardons l’Italie. Des élections auront bientôt lieu dans le pays transalpin. Deux grands blocs émergent : la droite, unie autour d’un parti d’origine néofasciste, en affrontant un autre, mal articulé, mené par le Parti démocrate, qu’il faut clairement définir comme néolibéral et atlantiste.

Après de nombreuses années, la gauche tente d’obtenir une représentation parlementaire ; Il y a une contradiction entre une gauche sociale et culturelle encore bien vivante et incapable de se transformer en une force politique alternative. Les sondages indiquent que le bloc dirigé par Giorgia Meloni l’emportera.

Prenons la France : un vieil homme politique, mille fois expulsé, Mélenchon, qui défend les valeurs de la gauche républicaine et socialiste et n’a pas peur de s’opposer à la politique dominante, l’Europe de l’euro et de l’OTAN. En France, pour la première fois depuis des années, le choix n’est plus entre le mal et le pire, mais entre les pouvoirs oligarchiques et le peuple organisé.

La gauche espagnole a besoin de ce que j’appellerais un plan de contingence existentiel. L’enjeu est de savoir s’il y aura dans notre pays une gauche capable de s’opposer fermement à la droite unie et de défier l’hégémonie d’un PSOE clairement néolibéral et résolument atlantique.

Nous n’avons plus les 15 millions qui font campagne pour nos voix ; Maintenant, la réalité doit être changée en organisant la subjectivité sociale, en créant des imaginaires, en transformant la colère et la protestation en programme. Il faut descendre dans la rue pour contester la domination de l’extrême droite, qui voit le moment et la raison de la dérive autoritaire du régime politique actuel.

La démocratie est défendue en exerçant les droits et les libertés, en promouvant la mobilisation sociale et en dénonçant ceux qui gouvernent et ne se présentent pas aux élections ; c’est-à-dire à l’oligarchie financière et patronale qui nous contrôle et nous dirige. Nous attaquons le bipartisme car c’est ainsi que les puissances économiques doivent gouverner une classe politique sans projet pour le pays.

Ce qu’il faut n’est pas trop complexe. Première, volonté unifiée; Lorsque chaque force agira seule, la droite gagnera et le bipartisme triomphera. A la deuxième place, construire des coordonnateurs de l’unité démocratique et populaire, à commencer par les forces qui sont dans United We Can. Ces coordonnateurs élaboreraient des règlements et des bases pour un programme alternatif. A la troisième placeconvoquerait une conférence au cours de laquelle un programme et une politique spécifiques de l’Alliance seraient approuvés. À la quatrième placedes comités unifiés seraient créés dans toutes les nationalités, communautés, régions et provinces. CinquièmeConstruire un (contre)pouvoir dans les quartiers, dans les villes, dans les régions avec un objectif central qui utilise les élections locales et régionales pour organiser, motiver à s’impliquer et s’opposer à la droite et aux patrons revanchards.

Blog d’autres looks

Adrien Richard

"Amateur de café d'une humilité exaspérante. Spécialiste de l'alimentation. Faiseur de troubles passionné. Expert en alcool diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.