La France « fait confiance » à l’Espagne et à l’Algérie pour résoudre leurs différends par le dialogue | Espagne

La France, dans l’intérêt des relations bilatérales mais aussi européennes, espère que Madrid et Alger parviendront à surmonter la crise déclenchée par la décision de l’Algérie de geler l’accord d’amitié et de coopération avec l’Espagne en réponse à son départ du Sahara occidental. C’est ce qu’a annoncé la nouvelle ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, à son homologue algérien, Ramtane Lamamra, lors d’une conversation téléphonique mardi.

La crise hispano-algérienne n’a pas été le déclencheur d’un appel essentiellement protocolaire, car Colonna a repris le portefeuille de la diplomatie française dans la nouvelle équipe gouvernementale dirigée par le président Emmanuel Macron juste après sa réélection et s’est entretenu avec nombre de ses collègues internationaux. homologues ces derniers jours, soulignent des diplomates Des sources ont déclaré à EL PAÍS.

Mais l’inclusion de ce point dans la brève déclaration que le ministère français des Affaires étrangères a utilisée pour rendre compte des pourparlers de lundi montre que la question est également dans l’esprit de la France, qui a ses propres relations compliquées avec Alger et qui détient actuellement la présidence tournante de l’Union européenne. La crise fait partie des enjeux soulevés, « un enjeu parmi d’autres » car c’est un « enjeu important que nous suivons de près », expliquent les sources.

Se référant aux « événements récents » dans les relations hispano-algériennes, Colonna « a souligné son profond attachement aux bonnes relations entre nos partenaires européens et nos voisins de la côte sud de la Méditerranée », indique le communiqué. En ce sens, la cheffe de la diplomatie française exprime sa « confiance que le dialogue nous permettra de relever des défis communs », ajoute la lettre.

La phrase est pratiquement la même réponse donnée par le ministère français des Affaires étrangères à la fin de la semaine dernière, le même jour, vendredi, que le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares s’est rendu à Bruxelles pour rencontrer le vice-président de la Commission européenne du Parlement français, responsable de la politique commerciale, Valdis Dombrovskis. Bruxelles a soutenu Madrid et averti l’Algérie que le blocage des relations commerciales avec l’Espagne « viole » selon toute vraisemblance l’accord d’association du pays UE-Maghreb, ce qui pourrait entraîner des représailles commerciales et économiques de la part de l’Europe.

La porte-parole de l’Union européenne pour les affaires étrangères, Nabila Massrali, a indiqué lundi que l’UE est en contact avec les autorités algériennes pour analyser l’impact de la suspension du traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération avec l’Espagne et la suspension des échanges bilatéraux. « Nous voulons promouvoir le dialogue pour résoudre les différends et le Haut Représentant [Josep Borrell] est prêt à apporter son soutien en cas de besoin », a-t-il réitéré dans une ligne de soutien au dialogue visiblement partagé par la France. « Le dialogue est le seul moyen » de résoudre ce type de conflits, acquiesce Paris.

Ce qui affecte le plus, c’est ce qui se passe ensuite. Abonnez-vous pour ne rien rater.

S’abonner à

Au-delà de la crise avec l’Espagne, Colonna a abordé avec Lamamra d’autres crises régionales, comme le Mali et la Libye, où la coopération franco-algérienne est « centrale », selon les Affaires étrangères.

Ce mardi également, l’agence de presse officielle de l’Algérie, APS, a publié un article d’opinion sans signature, qui qualifie les relations hispano-algériennes actuelles de « crise sans précédent » et attaque le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares, qualifié d' »incendiaire » et qui « manipule » le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères, Josep Borrell. pour « malheureusement ternir la crédibilité » de la Commission européenne, qui a publié la semaine dernière une déclaration qu’elle a qualifiée d' »infondée » sur l’Algérie, accusant le pays du Maghreb de violer son accord d’association avec l’UE.

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.