Le FMI abaisse les prévisions de croissance pour l’Espagne et met en garde contre une détérioration de l’économie mondiale

Le Fonds monétaire international (FMI) a réduit son taux de huit dixièmes ce mardi Prévisions de croissance pour l’économie espagnole pour cette année, maintenant Des places à 4% et à 1,3 point par rapport à 2023qui tient compte sera de 2 %supérieur à la moyenne de la zone euro dans les deux cas.

Espagne elle restera la première des grandes économies de la zone euro en termes de croissance, bien que sa révision à la baisse soit la plus importante après l’Allemagne.

Il augmentera également plus que la moyenne pays de la zone euro, Il est estimé à 2,6 % cette année et à 1,2 % l’an prochain.

Dans la mise à jour de votre rapport « Perspectives économiques mondiales »Le FMI prévoit que l’économie espagnole connaîtra une croissance plus lente en 2023 si l’augmentation de Produit Intérieur Brut (PIB) il sera de 2 %, soit 1,3 point de moins qu’estimé précédemment.

En avril dernier, dans la première estimation suite à l’invasion russe de l’Ukraine qui a commencé en février, le FMI a réduit d’un cran sa prévision de croissance économique pour l’Espagne à 4,8 %, soit huit dixièmes de plus que l’estimation actuelle.

L’Espagne s’est redressée avec une croissance de 5,1% en 2021, après la chute de 10,8 % du PIB espagnol en 2020 en raison de la pandémieparmi les pires des pays développés.

Mais à mesure que le conflit s’éternisait, les perspectives des économies européennes s’amélioraient également « Plus négatif que prévu »en raison des prix élevés de l’énergie, d’une consommation plus faible et d’une activité industrielle lente dans un contexte de perturbations continues de la chaîne d’approvisionnement et d’augmentation des coûts de production, note le FMI.

L’Espagne est ainsi affectée par le développement de ses principaux partenaires commerciaux, dont beaucoup souffrent plus durement des conséquences du conflit, par ex. sa dépendance croissante au gaz russe.

Ainsi, l’organisation qui dirige Kristalina Georgiev Ce mardi, les prévisions de croissance ont été revues à la baisse pour deux des principales économies européennes – l’Allemagne et la France – qui sont précisément les principaux partenaires commerciaux de l’Espagne.

En 2021, ils représentaient ensemble 26,4 % du Les exportations totales de l’Espagnedont le PIB cette année-là dépendait à 26,89% du commerce extérieur.

Dans les prévisions, l’Allemagne a dû reculer encore plus que l’Espagne de 0,9 point, et l’organisation internationale ne s’attend qu’à une croissance du PIB de 1,2% en 2022. Pour la France, l’estimation de la croissance est de 2,3 %.six dixièmes de moins que les estimations précédentes.

L’Italie est le seul pays épargné par la baisse et les prévisions prévoient une croissance de sept dixièmes, soit 3 %, bien que ces estimations interviennent avant la grave crise politique que traverse le pays suite à la démission du Premier ministre Mario Draghi.

Le FMI a également mis en garde contre les conséquences possibles pour l’Europe d’un arrêt complet des exportations de gaz russe vers les économies européennes augmenterait considérablement l’inflation avec la hausse des prix de l’énergie.

Il a également encouragé les gouvernements européens à prendre des mesures pour contrôler l’inflation, notamment en mettant en œuvre des politiques monétaires plus strictes qui « auront inévitablement des coûts économiques réels », mais les retarder « ne fera qu’empirer les choses ».

Forte instabilité mondiale

De même a abaissé ses prévisions de croissance mondiale à 3,2% cette année et 2,9% l’an prochain, Dans un scénario très instable où Il ne peut être exclu que ces évaluations se détériorent à nouveau.

Le fonds réduit ainsi de quatre et sept dixièmes sa prévision publiée au printemps et corrige à la baisse l’évolution des moteurs les plus importants de l’économie mondiale –États-Unis, Chine et zone euro– et pratiquement toutes les grandes économies de la planète.

Les risques dont le Fonds avait mis en garde en avril se sont déjà matérialisés et affectent l’économie mondiale. Il s’agit de forte inflationun ralentissement plus long et plus sévère que prévu de l’économie chinoise et l’impact négatif de la guerre en Ukraine.

Mais aussi, Le FMI anticipe un scénario différent, beaucoup moins favorable, imaginant ce qui pourrait arriver si les prix ne baissent pasL’approvisionnement en gaz russe de l’Europe est soudainement interrompu, le resserrement des conditions financières étouffe les pays en développement ou la géopolitique empêche le commerce mondial de se développer normalement.

Dans ce cas, et si ces risques se matérialisent, le fonds calcule une croissance mondiale encore plus faible de 2,6 % cette année et de seulement 2 % en 2023, un chiffre pour ce dernier enregistré uniquement en cinq fois depuis 1970toujours dans les grandes crises –1973, 1981 et 1982, 2008 et 2020-.

Dans ce rapport, le fonds insiste pour exhorter les gouvernements à faire de la lutte contre l’inflation leur « première priorité ».

Et il admet qu’une politique monétaire stricte fera l’affaire « Coûts économiques inévitables »souligne qu’un retard ne ferait qu' »augmenter » ces coûts.

Dans ces prévisions révisées, le fonds montre que les principales économies européennes souffrent plus que prévu des conséquences de l’invasion russe de l’Ukraine.

La première économie mondiale, les États-Unis, subit une révision majeure des prévisions du fonds, que cet organisme a déjà avancées il y a quelques jours : 2,3 % de croissance pour cette année et seulement 1 % l’an prochain, soit 1,4 et 1,3 points de moins que leur estimations précédentes.

Et la deuxième économie mondiale, la Chine, devrait croître de 3,3 % cette année (1,1 point de moins que précédemment calculé), selon le FMI, et de 4,6 % l’année prochaine, soit un demi-point de moins.

Pour le fonds Le ralentissement de l’économie chinoise a des « conséquences mondiales » alors que les fermetures, les problèmes d’approvisionnement et l’effondrement de la demande intérieure réduisent la demande de biens et de services du géant asiatique dans d’autres pays, qui à leur tour voient leurs économies s’irriter.

Amérique latine c’est l’une des rares régions avec des prévisions améliorées du fonds pour cette année, le est maintenant de 3 %, soit un demi-point de plusbien que cela se détériore à partir de 2023, année où une avance de 2 % est calculée, soit un demi-point de moins.

Les deux principales économies d’Amérique latine, Brésil et Mexiqueaméliorer les prévisions de cette année, bien qu’elles aient une estimation plus mauvaise pour 2023.

Au Brésil, l’économie croîtra de 1,7 % cette année, neuf dixièmes de plus, et l’année prochaine de 1,1 %, trois dixièmes de moins, tandis que la croissance du Mexique cette année sera de 2,4 % (quatre dixièmes de plus) et de 1,2 % au cours de la prochaine (1,3 point en moins). .

Sur inflationainsi est le fonds pessimiste et, dans ce cas, revu ses prévisions à la hausse.

En conséquence, il s’attend à ce que l’inflation dans le groupe des économies avancées s’établisse à 6,3 % cette année (contre 4,8 % prévu en avril). Pour la zone euro, il calcule un taux d’inflation de 7,3%, soit 2,9 points au-dessus de sa précédente estimation.

Roselle Lémieux

"Amateur de café. Expert indépendant en voyages. Fier penseur. Créateur professionnel. Organisateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.