Le ministre de la Justice participe à la réunion conjointe des Hautes Autorités de l’Union européenne et de l’Amérique latine à Bruxelles : « Il est nécessaire que les États coordonnent politiquement et législativement les efforts de lutte contre le crime organisé »

Le ministre de la Justice et des Droits de l’homme de la Nation, Martín Soria, participe à l’événement international qui réunit les hautes autorités en matière de justice et de sécurité de l’exécutif et du judiciaire de 18 pays de l’Union européenne et de 14 d’Amérique latine.

Au cours des interventions de la délégation argentine, le ministre Soria a souligné les progrès du pays dans le respect des traités internationaux relatifs aux mesures pénitentiaires alternatives, à la confiscation des avoirs du crime organisé et à la lutte contre la traite des êtres humains à des fins sexuelles et de travail.

«Les réseaux de blanchiment d’argent, les réseaux de traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle ou de travail et le trafic de drogue – parmi tant d’autres – ont dépassé la capacité des outils dont disposent aujourd’hui les États et les institutions, qui sont plus avancés que par le passé. Au fil du temps, nos régions ont réussi à consolider les deux continents », a averti Soria dans son discours devant les institutions judiciaires européennes à Bruxelles.

« Pour cette raison, tous les États et organisations présents ici doivent travailler ensemble et coordonner leurs efforts pour lutter contre le crime organisé, tant sur le plan politique que législatif. Il est impératif que nous soyons aujourd’hui capables de répondre à la criminalité transfrontalière moderne, qui profite des frontières juridiques et étatiques et des zones grises pour opérer en marge de la loi et de chaque pays », a conclu le ministre de la justice et des droits de l’homme. droits.

Les 4 conférences internationales en France et en Belgique ont servi aux délégations nationales et communautaires pour rassembler des positions sur diverses questions liées aux menaces criminelles émergentes telles que : B. la coordination des acteurs spécialisés dans le crime organisé, le rôle des acteurs judiciaires dans la saisie, la gestion et le recouvrement des avoirs criminels, les défis de la justice environnementale, les mesures alternatives à la détention et les systèmes de justice démocratique dans les États sûrs.

Lors de l’exposition argentine sur la saisie, la gestion et le recouvrement des avoirs criminels, Martin Soria a reconnu le travail coordonné du ministère de la Justice et a souligné deux politiques spécifiques qui ont renforcé le système de gestion des avoirs confisqués dans les procédures pénales : le recouvrement des avoirs nationaux confisqués Registre des Biens Saisis au cours de la procédure pénale (RNBSD) et la mise en place du Fonds d’Assistance Directe aux Victimes de la Traite des Êtres Humains.

Soria participe à la réunion conjointe des hautes autorités de l'Union européenne et de l'Amérique latine à Bruxelles

« En décembre dernier, l’Argentine est devenue le premier pays de la région à mettre en place un fonds d’aide directe aux victimes de la traite des êtres humains, un outil qui a été inclus dans notre législation il y a près de 10 ans. Depuis sa création, nous avons doté l’État argentin d’un mécanisme moderne qui permet aux victimes de la traite des êtres humains d’obtenir une réparation matérielle et économique avec l’argent provenant des avoirs obtenus à partir des crimes de la traite des êtres humains, de l’exploitation des personnes et du blanchiment d’argent. temps, cela rend le processus de saisie transparent puisque la vente de ces actifs – voitures, avions et biens immobiliers utilisés par les criminels – est gérée par le biais d’enchères publiques », a déclaré Soria.

D’autre part, lors de la Conférence des Hautes Autorités, Soria a rappelé « le rôle de premier plan » que l’Argentine a eu dans l’élaboration et la mise en œuvre des « Règles Mandela », qui constituent aujourd’hui la base normative et les règles minimales pour le traitement de la prison population, approuvée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2015.

En ce sens, le ministre de la Justice a reconnu le « caractère véritablement fédéral » du gouvernement d’Alberto Fernández et, en particulier, l’administration et le soutien des provinces par le ministère de la Justice.

Soria participe à la réunion conjointe des hautes autorités de l'Union européenne et de l'Amérique latine à Bruxelles

« Du gouvernement national, nous avons travaillé de manière articulée pour répondre aux besoins de chaque province. Grâce à cela, du ministère de la Justice et des Droits de l’homme, nous avons atteint un véritable jalon dans la politique nationale relative aux mesures alternatives à la détention : en décembre dernier, avec l’incorporation de la province de San Luis, nous avons réussi à élargir le champ de la surveillance électronique de programme de cheville à 100% du territoire argentin. Cela permet de consolider l’une des politiques fédérales les plus importantes du ministère de la Justice en matière correctionnelle, une politique qui permet aux États de disposer d’une technologie de pointe pour surveiller et surveiller électroniquement les individus qui se conforment aux règlements d’un juge, avec assignation à résidence ou autres formes de détention ».

Les délégations de hautes autorités qui ont participé aux conférences birégionales étaient composées de représentants de l’exécutif et de la justice des différents pays des deux continents : le Cabinet national français, le ministre français de la Justice, Dupond-Moretti, le ministre de la l’Intérieur, Darmanin ; Parmi les ministères publics, le procureur général de Colombie, Francisco Barbosa, le procureur général de Panama, Caraballo Salazar, Lanchipa Ponce, procureur général de l’État plurinational de Bolivie ; Ministres des Cours suprêmes de l’Équateur, du Portugal et du Pérou ; les directeurs et directeurs de l’administration pénitentiaire de Belgique, d’Italie, de Bolivie, du Guatemala, du Portugal et d’autres autorités nationales.

Tour à tour, le commissaire à la justice de la Commission européenne, Didier Reynders, la directrice générale de la justice et des consommateurs de la Commission européenne, Ana Gallego ; des membres du Parlement européen, dont Mónica Gonzales, eurodéputée hispano-argentine, et López Aguilar, ancien ministre espagnol de la Justice ; la secrétaire permanente du Sommet judiciaire ibéro-américain (CJI), Elena Martínez Rosso ; Jorge Abbott Charme, président de l’Association ibéro-américaine des ministères publics (AIAMP) ; le Secrétaire général de la Conférence des ministres de la justice des pays ibéro-américains (COMJIB) Dr. Enrique Gil Botero.

Soria participe à la réunion conjointe des hautes autorités de l'Union européenne et de l'Amérique latine à Bruxelles

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.