Nairo Quintana: l’enquête d’Arkea et le groupe antidopage regardent le tramadol – cyclisme – sport

Les vents pour Nairo Quintana sont tout sauf paisibles.

Le cycliste de Boyacá, qui devrait faire l’actualité en ce moment pour ses actions à la Vuelta a España, finalise les détails de sa défense suite à la sanction imposée par l’Union Cycliste Internationale (UCI). deux échantillons de sang montrant l’analgésique tramadolSubstance interdite par l’organisation dans ses compétitions.

Et bien qu’il ait simplement interrompu la manche espagnole par intérêt pour se concentrer sur l’affaire, le blizzard qui l’entoure est loin de se terminer.

Samedi, Sébastien Hinault, directeur de son équipe, le français Arkea, a répondu dans une interview express « Je n’en avais aucune idée » si le tramadol qui s’est révélé dans les échantillons de sang était le produit d’un choix personnel fait par le conducteur.

« Il n’y a pas grand-chose à dire pour le moment car nous n’avons pas encore été au fond des choses. Nous attendons d’y arriver pour avoir suffisamment de clarté avant de porter un jugement. »Hinault a conclu dans un dialogue qu’il a terminé après avoir répondu au portail spécialisé ‘Velonews’.

Les déclarations laconiques du chef de l’Arkea ont été considérées un dur grossier à Quintanaaprès que l’équipe a maintenu un secret manifeste dans ses communications initiales et que le cycliste a publiquement affirmé qu’il était « complètement inconscient de l’utilisation de cette substance » et a nié « l’avoir utilisée dans sa carrière ».

(Aussi : Gisela Robledo : message chaleureux de sa petite amie « influenceuse » après sa défaite contre le Brésil).

Ils pointent contre Quintana

Photo:

EFE, Archives EL TIEMPO

Bien qu' »il soit impossible de prouver légalement que Nairo n’a pas utilisé la substance », a déclaré à EL TIEMPO l’avocat Andrés Charria, qui représentera Quintana devant le Tribunal arbitral du sport (TAS, pour son sigle en français), les ombres de la supposée capture prosternent le Boyacense.

C’est ce qu’a également indiqué l’ancien cycliste français Roger Legeay, actuellement président du Mouvement pour un cyclisme crédible (MPCC), un groupement reconnu qui regroupe désormais cinq fédérations, 15 équipes professionnelles et 357 coureurs sous la bannière du « cyclisme propre ». parmi eux l’Arkea et treize de ses hommes.

« La disqualification de Nairo Quintana du Tour de France est une mesure sérieuse pour le cycliste et l’équipe, en particulier Arkea car il a besoin de points UCI pour s’assurer une place sur le World Tour de l’année prochaine. La sanction est une décision forte qui nous satisfait« , a déclaré à Velonews le président du groupe, qui opère principalement en Europe depuis 15 ans.

Conformément au règlement du MPCC, les équipes affiliées s’engagent à le faire « de retirer immédiatement d’une épreuve un concurrent qui reçoit la première notification d’un contrôle positif ». Situation qui résonne après l’abandon de Quintana à la Vuelta a España ; Décision prise en commun, selon Arkea.

(Lire la suite : « Tangled in the Ropes » : le KO brutal qui étourdit les réseaux sociaux).

« Arkea fait du bénévolat dans le groupe des équipes MPCC et nous ne la mettrions jamais sous pression. C’est une action qui est de leur responsabilité et qui en dit long sur leur respect du fair-play.répondit Legeay, un cycliste sanctionné pour usage d’amphétamines lors du Tour de France 1974.

De ce point de vue, des doutes subsistent du fait de l’apparition dans les échantillons de Quintana de tramadol, une substance qui n’est pas dopante mais que l’UCI interdit car elle diminue la concentration et l’attention.

« La MPCC a travaillé très dur pour ajouter le tramadol à la liste des substances interdites de l’AMA. L’Arkea rechignait à utiliser le tramadol en compétition et est aujourd’hui la plus durement touchée. L’équipe n’a rien à voir avec cette situation‘ Legeay a affirmé, laissant tomber tout le poids sur Nairo pour avoir prétendument ingéré la substance.

(Tout se complique : Nairo Quintana : décision drastique que son équipe prendrait s’il perdait en appel).

De son côté, la défense du cycliste rejette à la fois le résultat et la méthode du test qui lui est reproché. « Le coup est une piqûre au doigt et ils le laissent sur un morceau de papier. où était le papier Le papier était-il scellé ? tombe, et si c’est le cas, tout le processus est toujours en cours », a déclaré l’avocat Andrés Charria.

Avec une sixième place sur le Tour et la perte de prix en argent, Quintana a eu 10 jours depuis la notification de jeudi dernier pour faire appel au TAS. Conscient que le résultat devant un tribunal prend généralement du temps, le Boyacense ne peut qu’attendre.

Plus de nouvelles

DES SPORTS

Benoîte Favager

"Organisateur. Introverti. Fanatique d'internet certifié. Accro à la bière. Fan d'alcool d'une humilité exaspérante."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.