Profil de Mario Draghi, Premier ministre par intérim de l’Italie




Mario Draghi a présenté sa démission en tant que Premier ministre de l’Italie au président du pays ce jeudi, Sergio Mattarella, après avoir perdu le soutien des partis qui composent la coalition gouvernementale. Draghi, qui restera en fonction à la tête d’un exécutif sortant, conclut son étape à la tête de la politique italienne tumultueuse, une autre étape importante dans sa longue carrière.

Marié et père de deux enfants, Draghi est un homme discret, un peu friand de s’afficher devant les médias et qui n’a pas de réseaux sociaux.

Né en 1947 dans une famille aisée de RomeIl est devenu orphelin à l’adolescence. En 1970, il est diplômé de l’Université de Rome La Sapienza avec les meilleures notes et a obtenu son doctorat en économie du Massachusetts Institute of Technology (USA) en 1976.

Entre 1975 et 1978, il s’est consacré à l’enseignement dans diverses universités italiennes et entre 1984 et 1990, il a été directeur exécutif de la Banque mondiale. En 1990, il devient conseiller à la Banque d’Italie et un an plus tard directeur général du Trésor, poste qu’il occupera jusqu’en 2001. s’est consacré à la politique néolibérale et a réalisé d’importantes privatisations.

Entre 2002 et 2006, il a été vice-président de la Banque pour l’Europe Goldman Sachsdont la faillite a déclenché la crise financière de 2008.

« Tout ce qu’il faut » pour sauver la monnaie unique

Après un passage à la tête de la Banque d’Italie, l’économiste a rejoint la banque en 2011 Présidence de la Banque centrale européenne (BCE) remplaçant Jean-Claude Trichet.

À l’époque, au cours de ses huit années à la tête de la BCE, il a construit sa réputation dans les couloirs de la BCE ameublement. Une phrase, prononcée à l’été 2012, le résume en quelques mots : « La BCE fera tout pour protéger l’euro. Et croyez-moi, ça ira.« .

Draghi est devenu le défenseur de l’euro alors que la monnaie unique faisait face à une crise sans précédent. Sa politique d' »argent facile », de taux d’intérêt bas et d’achat de titres contribué à dynamiser la zone euro et à freiner les attaques spéculativesmalgré le clivage qu’elle a provoqué entre les partenaires du nord et du sud de l’Europe et les critiques des banques qui ont vu leurs profits se réduire, comme le racontait à l’époque notre confrère de RTVE.es Pedro López Manjón.

Solution extrême à la énième crise italienne

En février 2021, le président italien, Sergio Mattarella, a offert à Draghi le gouvernement après la démission de Giuseppe Conte. Le pays était dans une situation difficile en pleine pandémie et devait présenter ce plan de redressement recevoir des fonds européens. Draghi était considéré comme une solution extrême, un « bouton nucléaire » pour mettre fin à une crise politique au pire moment possible.

Draghi a décidé de relever le défi et de s’appuyer sur le Parlement, où il a reçu le Large soutien de la coalition composé de partis très différents, du centre gauche à l’extrême droite : le Parti démocrate de Matthieu Renzi; Mouvement Contes 5 étoiles et Luigi DiMagio; Forza Italia, l’incombustible Silvio Berlusconiet la ligue de Matteo Salvini. Les Frères néo-fascistes d’Italie, dirigés par Giorgia Melon.

Le nouveau gouvernement travaille depuis quelques mois : lancer le processus de vaccination, faire accepter à Bruxelles le plan de relance et recevoir 191 milliards d’euros d’aides européennes. L’économie a commencé à se redresser.

Cependant, les partis de la coalition Ils n’étaient pas d’accord pour trouver un remplaçant à Mattarella à la tête de l’Etat, et la guerre en Ukraine a finalement conduit les partenaires à s’affronter. Alors que Draghi s’est aligné sur la France et l’Allemagne dans son soutien à l’Ukraine contre la Russie, le M5S a refusé d’autoriser l’Italie à envoyer des armes à Kyiv, déclenchant la crise qui s’est finalement terminée avec l’exécutif.

Draghi démissionne en plein mandat Stress énergétique et forte inflation causée par la gueule de bois de la pandémie et de la guerre, et tout comme la BCE, désormais aux mains de Christine Lagarde, a accepté une hausse historique des taux d’un demi-point, mettant fin à une politique de 11 ans.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.