Euskal Herria, identité propre et pluraliste. Vers le futur (et 5)

L’avenir d’Euskal Herria doit être abordé, « ad intra » et « ad extra ». Ad Intra, nous devons tenir compte du fait qu’Euskal Herria est fragmenté en trois grands Herrialdes : la Communauté Autonome Basque, Navarre et Iparralde. Chacun avec sa propre personnalité et les trois forment le peuple basque, Euskal Herria.

affichage intra CAV, NAFARROA et IPARRALDE

Combien d’abertzales peut-on estimer dans chacune des trois herriades ?

– En Nafarroa, le vote nationaliste, EH Bildu plus Geroa Bai, n’a pas obtenu 21% des suffrages exprimés aux élections générales de 2019, mais il a obtenu près de 32% des suffrages aux élections régionales de la même année.

– Dans l’Iparralde, au premier tour des élections législatives en France le 13 juin, dans l’ensemble de l’Iparralde, les candidats nationalistes ont recueilli 13,3 % des voix, la troisième option, derrière l’ensemble de Macron (30,5 %). la NUPES de Mélenchon (21,27 %). Il ne s’agit pas de lancer des fusées, mais elles sont dans un état jacobéen dans lequel elles existent.

– Dans le CAV, selon le sociomètre basque avec enquête de terrain en juin 2022, on obtient ces résultats selon les suffrages valablement exprimés du signe Abertzale (PNV plus EHBildu) : en Araba 54,9 % ; en Bizkaia 66,9% et en Gipuzkoa 69,9% des votes nationalistes estimés.

– Beaucoup de différences entre les herrialdes et avec ces dates il est impossible de penser à un Euskal Herria commun. Mais il est nécessaire de fortifier les relations de toutes sortes entre les trois herrialdes. C’est bien plus qu’un problème politique. De plus, le caractère unique de chaque territoire doit être respecté. Rappelons-nous les conséquences dévastatrices du slogan « Nafarroa Euskadi da ».

– Dès le début, je vois la nécessaire responsabilisation d’Euskaltzaindia, d’Eusko Ikaskuntza et de toutes les institutions établies dans toute l’Euskal Herria. Mais ce sont les universités qui doivent organiser : des rencontres entre professeurs et étudiants ; des échanges d’enseignants et d’étudiants, comme un Erasmus parmi les herrialdes d’Euskal Herria ; mener des enquêtes conjointes, etc.

affichage bonus

J’y vois deux niveaux : favoriser les contacts avec les Basques du monde entier et les relations avec l’Espagne, la France et l’Europe. D’emblée, Euskal Herria, qui poursuit son combat pour plus d’autonomie, ne devrait pas le faire en s’opposant à l’Espagne ou à la France. Au contraire, elle doit servir sa gouvernabilité et la croissance du peuple basque. Il serait irréel et stupide de ne pas accepter l’espagnol (et éventuellement le français) dans notre identité basque, ce qui ne nous empêche pas d’oublier que nous sommes plus faibles que la France et l’Espagne. Nous sommes David et nous affrontons deux Goliaths.

Pays Basque et Europe. Notre avenir en tant que peuple doit être présent en Europe avec notre propre voix, que nous pouvons créer avec notre taille et notre offre de qualité (industrielle, politique, artistique, culturelle, touristique, gastronomique, sportive, etc. etc.). Nous devons nous battre pour que les apatrides de l’UE des États aient leur mot à dire le plus directement possible et non par l’intermédiaire de l’État auquel ils appartiennent. Et n’oubliez pas que la Bavière et l’Ecosse, en tant que peuples apatrides, ont plus de population et d’influence que, par exemple, la Slovénie, Chypre ou Malte, Etats de l’UE.

En tant que Basques, citoyens basques, nous sommes confrontés à des défis. Je suggère ce qui suit.

Quatre défis pour l’Euskal Herria d’aujourd’hui et de demain

Je dis quatre quand ça pourrait être quarante-quatre. Très subjectivement, je me concentre sur quatre qui me paraissent très importantes. Plus importantes qu’urgentes, mais plus elles sont traitées tardivement, plus elles deviennent importantes et encore plus urgentes.

1. La faible participation des citoyens basques à la gestion des affaires publiques, la délégation excessive de leurs responsabilités aux pouvoirs publics, au gouvernement basque, aux conseils provinciaux et aux mairies avec leurs organes législatifs respectifs. Ajoutez à cela une présence médiatique écrasante de protestation sans fin pour ceci et cela dans notre société.

2. La difficulté pour beaucoup de Basques d’accepter des immigrés, surtout lorsqu’ils sont pauvres. Bien qu’il y ait aussi des Basques qui sont des modèles dans l’application de certaines valeurs (solidarité, compassion, ouverture d’esprit, post-matérialisme), même au-delà d’Euskal Herria. Des familles qui accueillent les émigrants, des groupes qui les abritent, souvent avec l’aide des autorités et des institutions sociales, religieuses et laïques. On le voit maintenant avec l’invasion russe de l’Ukraine et la sympathie traditionnelle du peuple basque envers ce peuple qui souffre depuis longtemps. du Sahara, laissé aux mains du Maroc par l’actuel président espagnol.

Trop de gens ne voient pas qu’en aidant les personnes dans le besoin (avec des bourses pour les étudiants, des formations pour les chômeurs, etc.), nous renforçons la société basque. Et comme nous accueillons l’immigrant et rendons possible l’Euskadi du futur, alors compte tenu de nos taux de fécondité (bien qu’ils soient passés à 1,8 par femme, alors qu’il y a douze ans et plus, il était d’environ 1,4 ou moins), nous serions appelés à le faire disparaître .

3. Ces derniers temps, j’ai lu et entendu des commentaires assez alarmants ici et là selon lesquels « le Pays basque est à vendre », que de nombreuses entreprises basques, à l’exception des coopératives et des initiatives sociales, sont rachetées par des capitaux non basques de telle sorte que le centre de prise de décision stratégique serait déjà en dehors du Pays basque. En tant que profane dans ces choses, je me suis informé. Je garde ces idées. L’acquisition d’entreprises basques par des multinationales est un phénomène naturel dans une économie mondialisée. Aussi normal que d’autres multinationales qui s’installent ici (cas de Mercedes, Volkswagen…). Certes, cela est également associé à un risque accru de délocalisation/liquidation, qui dans ce dernier cas dépendrait principalement des performances et de la compétitivité future de l’entreprise concernée. En revanche, le changement de propriétaire peut avoir des effets positifs : accès à de nouveaux marchés et à de nouvelles technologies ; Libérez potentiellement des synergies et des stratégies d’acheteurs plus fortes ; disposent de plus de ressources financières pour mener à bien de nouveaux projets, même si le risque de délocalisation permanente est évident. Pour la consolidation des entreprises émergentes autochtones et mixtes, il est nécessaire de renforcer la solidité financière d’Euskadi. Les institutions, en particulier mais pas exclusivement le Gouvernement Basque, doivent inciter les institutions financières du Pays Basque à penser et agir prioritairement au Pays Basque. L’effondrement des Caisses d’Epargne du Pays Basque et de Navarre, parmi les mieux gérées d’Espagne, a été catastrophique. Nous avons dû, et devons encore, apprendre du modèle allemand si nous le pouvons. Décentralisation, soutien des institutions financières de proximité et co-responsabilité des salariés, qui font bien entendu également partie de la direction de l’entreprise.

4. Enfin l’accomplissement du Statut d’Autonomie et son adaptation aux temps nouveaux après 41 ans de son entrée en vigueur. Pour des raisons d’espace, je me borne à poser en Espagne le principe d’unification économique appliqué au politique, c’est-à-dire l' »unification politique » et dans l’Europe en devenir comme région partenaire de l’Union européenne.

L’avenir d’Euskadi réside dans une transformation de certaines valeurs basques. revenir à l’entreprenariat sans dépendre autant de l’administration publique (indispensable en revanche) ; l’évolution des attitudes envers les immigrés, pilier d’une société vieillissante avec un faible taux de natalité ; une économie ouverte sur le monde et soutenue par un système financier efficace qui propulse notre société en faveur d’une autonomie gouvernementale adaptée à l’ère post-industrielle et mondialisée.

Vous devez accepter et embrasser la complexité. Il n’y a pas de solutions faciles. Le dialogue entre les différents s’impose. Le dialogue avec quelqu’un qui pense comme moi est un monologue entre deux ou plusieurs personnes qui ne sert qu’à construire des chapelles intégristes. Une société basque du futur, où l’essence ne sera pas le lieu de naissance, mais l’objectif d’atteindre un Euskadi avec historicité, avec quelque chose à apporter aux autres et ouvert à recevoir le meilleur des autres. La société basque de demain sera métisse et l’objectif doit être que son peuple dise fièrement : « je ne suis pas basque », « je suis basque » ou « ce ne sera pas basque ». Il se dissoudra comme tant de peuples dans l’histoire. Gure esku dago. il

L’auteur est professeur émérite de sociologie. Université de Deutsch

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.