La France alimente les craintes de stagflation avec une inflation record et une contraction du PIB

L’économie française, deuxième de l’Union européenne (UE), a enregistré une contraction de 0,2 % au premier trimestre 2022, contre une croissance de 0,4 % au cours des trois derniers mois de 2021, lors de l’harmonisation de mai. Le pays français a atteint un record de 5,8%, selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Entre janvier et mars, le PIB français s’est contracté de 0,2% par rapport aux trois mois précédents où il avait progressé de 0,4%, marquant une révision à la baisse de la valeur d’origine, qui prévoyait une stagnation de l’économie française au premier trimestre 2022 indiquait.

Cela s’est reflété dans la détérioration de l’évolution du PIB au cours des trois premiers mois de l’année faible consommation des ménagesen baisse de 1,5 % par rapport à une augmentation de 0,3 % au trimestre précédent, bien que la formation brute de capital fixe ait augmenté de 0,6 % après avoir chuté de 0,3 % au cours des trois mois précédents.

D’autre part, l’institut français des statistiques a indiqué que l’indice des prix à la consommation (IPC) en France s’élevait à 5,2 % en glissement annuel en mai, une augmentation des prix quatre dixièmes supérieure à celle d’avril.

De même, l’IPC harmonisé, référence pour les calculs d’Eurostat, a atteint un record de 5,8 % en mai après une hausse de 5,4 % en glissement annuel le mois précédent.

Avec la France, l’Allemagne a annoncé hier que l’IPC de mai atteindrait 7,9%, le plus élevé de toute la série historique qui a commencé en 1991 après la réunification du pays, contre 7,4% en avril.

Le taux d’inflation harmonisé pour l’Allemagne était de 8,7 %, de sorte que la hausse des prix s’est accélérée de neuf dixièmes au cours du cinquième mois de l’année.

Dans le cas de l’Espagne, quatrième économie de la zone euro, l’indice des prix à la consommation s’est établi à 8,7 % en mai, soit huit dixièmes de plus qu’en avril, selon les données préliminaires de l’Institut national de la statistique (INE). De même, les données d’inflation harmonisées pour l’Espagne placent son taux en glissement annuel à 8,5 %, soit deux dixièmes de plus qu’en avril.

commentaires3WhatsAppFacebookFacebookTwitterTwitterLinkedInlié

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.