Un couple de volcanologues est dépeint dans le documentaire « Fire of Love ».

Le documentaire « Fire of Love » est centré sur un curieux triangle amoureux. C’est entre un homme, une femme et un volcan, ou plutôt tous les volcans.

Les noms ne sont peut-être pas très connus aujourd’hui, mais dans les années 1970 et 1980, les scientifiques français Katia et Maurice Krafft étaient aux volcans ce que Jacques Cousteau était aux océans. Le couple a parcouru le monde pendant environ 20 ans pour faire des recherches, capturer des lunettes avec des appareils photo 16 mm et écrire de manière vivante sur leurs découvertes jusqu’à leur mort en 1991 sur le mont Unzen au Japon. Cette année-là, un flux de gaz et de matière volcanique appelé flux pyroclastique a coûté la vie à 43 personnes, dont les Kraftt et le volcanologue américain Harry Glicken.

Sa mort a fait la une des journaux du monde entier, mais son histoire s’est perdue dans l’imagination populaire au cours des trois dernières décennies, à l’exception de Werner Herzog, qui l’a représentée dans son documentaire de 2016 Into the Inferno.

La cinéaste Sara Dosa est tombée sur des faits concernant les Krafft en réalisant un film sur l’Islande. Les Krafft, dont la relation a commencé sur l’Etna et le Stromboli, se sont mariés en 1970 et ont connu environ 140 éruptions sur tous les continents sauf l’Antarctique. Ils ont remporté un Emmy pour leur documentaire National Geographic Mountains of Fire. Ils étaient réputés pour avoir tout quitté pour se rendre sur un volcan en activité et ils y étaient souvent les premiers. Ils étaient également connus pour leur volonté de se rapprocher dangereusement.

Alors que la pandémie faisait échouer les plans d’un autre projet, Dosa s’est souvenu de ce couple intrigant et des histoires de centaines d’heures de belles images de volcans actifs.

« Je suis désespérément curieux et fasciné par la façon dont les humains trouvent un sens à la nature non humaine », a déclaré Dosa. « J’avais l’impression que je pouvais trouver cela si beau dans son travail. »

Dosa a entrepris de faire quelque chose au sujet des Krafft dans l’esprit des Krafft. National Geographic Documentary Films et « Fire of Love » de Neon sortiront mercredi dans les salles de New York et de Los Angeles. Il atteindra plus de villes dans les semaines à venir.

Avec l’aide d’Image’Est, une archive de Nancy, et du frère de Maurice, Bertrand Krafft, Dosa et ses collaborateurs ont pu accéder à distance à 180 heures de film 16 mm créé par les Krafft et avec la compilation du début de l’histoire. Une phrase que Maurice Krafft a écrite dans l’un de ses livres a aidé à justifier quelque chose que Dosa avait déjà soupçonné : c’était une histoire d’amour.

« Je voulais d’abord être guidé par Katia et Maurice », a déclaré Dosa. «Ils étaient tellement enjoués et pleins d’humour. Ses ragots sont contagieux. Vous êtes tellement philosophe. Dans leurs écrits et leurs enregistrements, ils traitent des thèmes de l’existentialisme.

Inspirés par l’époque à laquelle les Krafft ont grandi, Dosa et son équipe ont décidé d’utiliser l’esthétique des films français de la nouvelle vague pour donner du ton et du style au film, y compris des écrans divisés et des gros plans astucieux. Ses paroles aussi, dit Dosa, lui rappelaient la narration des films de François Truffaut. Ils ont donc évolué dans cet étrange triangle amoureux entre l’absurde et le profond avec une histoire à la fois curieuse et pleine d’humour de Miranda July et une musique originale « rétro-futuriste » de Nicolas Godin du duo français Air.

«Il était évidemment important pour nous de raconter une histoire factuelle qui soit exacte et reflète son expérience vécue. Et en même temps, nous voulions raconter une histoire qui semblait réelle », a déclaré Dosa. « Mais il y a une sorte de véritable esprit de Katia et Maurice qui va au-delà des faits littéraux. »

En d’autres termes, « Fire of Love » est bien loin d’une page Wikipédia sur le thème du cinéma. Le film commence même par un générique qui dit « avec Katia et Maurice Krafft ».

«Nous voulions embrasser l’idée qu’ils jouent eux-mêmes dès le début. Voyez-les comme les auteurs de leur propre mythe et cela comme une sorte d’histoire d’amour mythique », a déclaré Dosa. « Il s’agit d’une co-création filmée par et mettant en vedette avec eux. Nous essayons juste de rassembler les morceaux de sa vie pour que le public puisse s’y connecter. »

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.