France : l’agence anti-fraude de l’UE enquête sur Le Pen

PARIS (AP) – Les procureurs de Paris étudient un rapport de l’agence anti-fraude de l’Union européenne, qui accuse la candidate présidentielle française d’extrême droite Marine Le Pen et d’autres membres de son parti nationaliste d’avoir détourné des fonds publics alors qu’ils siégeaient au Parlement européen.

Le rapport a été publié par le site d’information d’investigation français Mediapart, quelques jours avant que Le Pen n’affronte le président Emmanuel Macron dimanche lors d’un second tour des élections qui pourrait déterminer l’orientation future de l’Europe. Le parti du Groupement national de Le Pen tente de limiter les pouvoirs de l’UE.

L’avocat du parti, Rodolphe Bosselut, a déclaré avoir nié tout acte répréhensible et remis en question le moment de la libération de Mediapart juste avant le second tour de la présidentielle.

Macron, homme politique centriste et pro-européen, a un avantage sur Le Pen dans les sondages électoraux, même si la concurrence est plus serrée qu’en 2017.

L’agence anti-fraude de l’UE, l’OLAF, a remis son rapport au parquet de Paris le mois dernier, qui a indiqué qu’il était « en cours d’analyse », a annoncé lundi le parquet. Une enquête officielle n’a pas encore été ouverte et aucun autre détail n’a été publié.

Selon Mediapart, le rapport de l’OLAF a révélé que Le Pen, son père et fondateur du parti Jean-Marie Le Pen et d’autres membres du parti qui ont siégé au Parlement européen ont utilisé 617 000 € d’argent public à des fins « fictives », notamment en faveur de la fermeture de l’entreprise. à la fête. Le bureau des fraudes exigerait la restitution des fonds et d’éventuelles accusations de fraude et d’enrichissement illicite.

L’OLAF a accusé les membres du parti de « violations graves » et a déclaré que le « comportement inapproprié » des membres de l’Assemblée nationale, anciennement connu sous le nom de Front national, « a mis en danger la réputation des institutions de l’Union », selon Mediapart. .

L’OLAF n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires lundi, jour férié en Belgique et dans plusieurs pays européens.

Ce n’est pas la première fois que Le Pen et son parti sont accusés de détournement de fonds européens. Parmi plusieurs affaires judiciaires qui ont entravé son parti, Le Pen a reçu des accusations préliminaires en 2018 sur la base d’une enquête distincte de l’OLAF qui accusait des membres du Rassemblement national d’avoir utilisé des aides sur la liste de paie du Parlement européen pour l’activité politique du parti.

Le Pen, qui a été membre du Parlement européen de 2004 à 2017, a rencontré lundi des partisans dans la ville de Saint-Pierre-en-Auge. Elle et Macron s’affronteront dans un débat crucial mercredi.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *